Description résumée

Allah a attribué à quatre paroles d’énormes mérites et des avantages considérables qui soulignent toute leur importance, leur grande valeur, leur place élevée, et qui les particularisent et les différencient des autres paroles. Ces paroles sont les suivantes :
سُبْحَانَ اللهِ، وَالحَمْدُ لِلَّهِ، وَلا إِلَهَ إِلا الله ُ، والله ُ أَكْبَر
« Gloire et pureté à Allah / Louange à Allah / Il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah / Allah est le plus Grand ».
Voici donc, cher frère, chère sœur, un livre qui expose les mérites de ces paroles. Médite-les patiemment, peut-être y trouveras-tu de quoi te motiver, te pousser à agir et t’aider à les prononcer régulièrement.

Détails

LE MERITE DES QUATRE PAROLES:

«GLOIRE ET PURETE A ALLAH / LOUANGE A ALLAH / IL N’Y A DE DIVINITE DIGNE D’ADORATION QU’ALLAH / ALLAH EST LE PLUS GRAND »




Ecrit par

SHEIKH CABDUR-RAZZAQ IBN CABDUL-MUHSIN AL-BADR


Traduit par

YAAQUB LENEEN


Revu et corrigé par

L’EQUIPE ISLAMHOUSE


Publié par

Le bureau de preche de Rabwah (Riyadh)


www.ISLAMHOUSE.com
L’islam à la portée de tous !

Introduction

La louange appartient à Allah, le Seigneur des mondes, et qu’Allah salue et comble d’éloges le maître des messagers: notre prophète Muhammad, ainsi que ses proches et ses compagnons.

Allah أ a attribué à quatre paroles d’énormes mérites et des avantages considérables qui soulignent toute leur importance, leur grande valeur, leur place élevée, et qui les particularisent et les différencient des autres paroles.

Ces paroles sont les suivantes:

«سُبْحَانَ اللهِ، وَالحَمْدُ لِلَّهِ، وَلا إِلَهَ إِلا الله ُ، والله ُ أَكْبَر»

«Gloire et pureté à Allah / Louange à Allah / Il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah / Allah est le plus Grand».

De nombreux textes, qui vantent le mérite de ces paroles, nous ont été rapportés à ce sujet. Ceux-ci démontrent clairement l’importance de leur statut, de même que les immenses récompenses, les nombreux avantages et les biens ininterrompus que peut obtenir, dans ce bas-monde et dans l’au-delà, celui qui les prononce et les met en pratique.

J’ai jugé utile de rassembler une partie de ces textes dans un seul ouvrage qui, à l’origine, est un chapitre de mon livre «L’explication des invocations et formules de rappel» [1]. Certains nobles frères, pour qui j’ai de l’estime, ont souhaité que je les publie dans un livret séparé, afin que le plus grand monde possible puisse en profiter, avec la permission d’Allah.

Voici donc, cher frère, chère sœur, ces mérites. Médite-les patiemment, peut-être y trouveras-tu de quoi te motiver, te pousser à agir et t’aider à prononcer régulièrement ces paroles.

C’est Allah Seul qui facilite le succès, Il est Celui qui aide à accomplir toute œuvre de bien, et il n’y a de force et de puissance qu’en Lui, le Très Haut, le Très Grand.

[1] «Fiqh Al-Adciyati wal-Adhkâr», éditions Kunûz Ishbîlya, 1424-2004, Riyadh.

Les paroles les plus aimées d’Allah

Parmi les mérites de ces paroles, on rapporte qu’elles sont les paroles les plus aimées d’Allah. Muslim recense dans son recueil de hadiths authentiques (Sahîh) les propos de Samurah ibn Jundub س qui dit: «Le messager d’Allah ج a dit:

«Les paroles les plus aimées d’Allah sont au nombre de quatre, peu importe par laquelle tu commences:

«سُبْحَانَ اللهِ، وَالحَمْدُ لِلَّهِ، وَلا إِلَهَ إِلا الله ُ، والله ُ أَكْبَرُ»

«Gloire et pureté à Allah, louange [2] à Allah, il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah et Allah est le plus Grand».

Abû Dâwûd At-Tayâlisî rapporte également ce hadith dans son Musnad, dans d’autres termes:

«Quatre paroles sont parmi les plus pures, elles font partie du Coran, peu importe par laquelle tu commences:

«سُبْحَانَ اللهِ، وَالحَمْدُ لِلَّهِ، وَلا إِلَهَ إِلا الله ُ، والله ُ أَكْبَرُ»

«Gloire et pureté à Allah, louange à Allah, il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah et Allah est le plus Grand».

[2] NdC: ou bien «La louange est à Allah»

Elles sont bien meilleures que tout ce bas-monde

Parmi les mérites de ces paroles, le prophète ج nous a informés que de les prononcer lui était préférable à tout ce que le lever du soleil pouvait recouvrir – c’est-à-dire à ce bas-monde et tout ce qu’il contient. En effet, Muslim rapporte dans son recueil de hadiths authentiques (Sahîh) qu’Abû Hurayrah س a dit: «Le messager d’Allah ج a dit:

«Que je dise: «gloire et pureté à Allah, louange à Allah, il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah et Allah est le plus Grand» m’est préférable à tout ce sur quoi le soleil s’est levé.» [3].

[3] «Sahîh Muslim», no. 2695.

Leur récompense est décuplée

Parmi les mérites de ces paroles, on peut encore citer ce qui est mentionné dans le Musnad de l’imam Ahmad, et dans les «Branches de la Foi [4]» d’Al-Bayhaqî, avec une bonne chaîne de rapporteurs, selon cÂsim ibn Bahdalah, qui le rapporte d’Abû Sâlih, qui le rapporte lui-même de Hâni’ fille d’Abû Tâlib, qui dit: «Le messager d’Allah ج passa près de moi, et je lui dis:

- «Je suis devenue vieille et faible – ou une parole similaire – alors recommande-moi une bonne action que je puisse accomplir en étant assise.

- Il dit: «Dis «gloire et pureté à Allah» cent fois, cela équivaudra à affranchir cent esclaves parmi les descendants d’Ismâcîl. Dis «louange à Allah» cent fois, cela équivaudra à seller et brider cent chevaux prêts à transporter (des combattants) sur le sentier d’Allah. Dis «Allah est le plus Grand» cent fois, cela équivaudra à cent chameaux marqués pour être sacrifiés, qu’Allah acceptera. Dis «Il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah» cent fois «...» - Ibn Khalaf (celui qui rapporte le hadith d’après cÂsim) dit – je crois qu’il a dit «ensuite»: ««...» cela remplira l’espace entre le ciel et la terre. Et personne ne verra d’œuvre équivalente élevée auprès d’Allah ce jour-là, si ce n’est celui qui accomplit la même chose que toi.» [5]

Al-Mundhirî a dit: «Ahmad a rapporté ce hadith avec une chaîne de rapporteurs bonne.» [6] De même, l’érudit Al-Albânî a qualifié la chaîne de bonne. [7]

Médite donc l’immense récompense liée à ces paroles. En effet, celui qui glorifie et proclame la pureté d’Allah cent fois, c’est-à-dire qu’il dit cent fois SubhânAllâh, c’est comme s’il avait affranchi cent esclaves parmi les descendants d’Ismâcîl. Il a été fait mention ici des descendants d’Ismâcîl, car ce sont ceux parmi les Arabes qui ont la plus noble lignée.

De plus, celui qui proclame la louange d’Allah cent fois, c’est-à-dire qui dit cent fois al-Hamdu Lillâh, aura la même récompense que celui qui fait don de cent chevaux sellés et bridés, c’est-à-dire qui sont équipés de selles et de rênes pour transporter des combattants sur le sentier d’Allah.

De même, celui proclame la grandeur d’Allah cent fois, c’est-à-dire qui dit cent fois Allâhu Akbar, aura la même récompense que celui qui fait aumône de cent chameaux marqués pour être sacrifiés et qu’Allah acceptera.

Enfin, proclamer l’unicité d’Allah cent fois, c’est-à-dire prononcer cent fois Lâ Ilâha illAllâh, remplit l’espace entre le ciel et la terre, et personne ne verra d’œuvre équivalente élevée auprès d’Allah, si ce n’est celui qui en fait de même.

[4] «Shucab al-Îmân». [5] «Al-Musnad» (6/344), et «Shucab ul-Îmân», no 612. [6] «At-Targhîb wat-Tarhîb» (2/409). [7] «As- Silsilat us-Sahîhah», (3/303).

Elles expient les péchés

Parmi les mérites de ces paroles, on retrouve le fait qu’elles expient les péchés. En effet, on recense de sources fiables dans le Musnad «de l’imam Ahmad», les Sunans d’at-Tirmidhî ainsi que dans al-Mustadrak d’Al-Hâkim, un hadith rapporté par cAbdullah ibn cAmr ibn al-cÂs س qui cite: «L’envoyé d’Allah ج a dit:

«Toute personne sur terre qui dit: «Lâ Ilâha illAllâh wAllâhu Akbar, wa SubhânAllâh, wal-Hamdu Lillâh wa lâ Hawla wa lâ Quwwata illâ biLlâh» aura «grâce à cela» ses péchés expiés, fussent-ils aussi nombreux que l’écume de la mer.»

At-Tirmidhî a qualifié ce hadith de bon ; Al-Hâkim l’a authentifié, adh-Dhahabî l’a suivi dans son jugement. Al-Albânî l’a également qualifié de bon. [8]

Les péchés dont l’expiation a été mentionnée ici sont les péchés mineurs (as-Saghâ’ir) en raison du hadith d’Abû Hurayrah س rapporté de manière authentique dans Sahîh Muslim, selon lequel le messager d’Allah ج disait:

«Entre les cinq prières, d’un vendredi au suivant et d’un Ramadan à l’autre, les péchés sont expiés, à condition d’éviter les péchés majeurs (al-Kabâ’ir).» [9]

En conséquence, l’expiation est conditionnée par le fait de s’écarter des péchés majeurs, car seul le repentir peut expier ces derniers.

Un hadith porteur du même sens a été rapporté par at-Tirmidhî et d’autres, selon Anas ibn Mâlik س qui a dit: «L’envoyé d’Allah ج passa près d’un arbre aux feuilles desséchées, il le frappa avec sa canne, et les feuilles en tombèrent. Puis, il dit:

«En vérité, «prononcer»: «louange à Allah, gloire et pureté à Allah, il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah et Allah est le plus Grand» fait tomber les péchés du serviteur comme tombent les feuilles de cet arbre.» Al-Albânî l’a également qualifié de bon. [10]

[8] «Musnad» (2/158, 210), «Sunan at-Tirmidhî» (3460), «Al-Mustadrak al-Hâkim» (1/503), «Sahîh al-Jâmic» (5636). [9] Muslim (233). [10] «Sunan at-Tirmidhî» (3533), «Sahîh al-Jâmic» (1601).

Elles sont des plantes du Paradis

Parmi les mérites de ces paroles: le fait qu’elles fassent partie des plantes du Paradis.

At-Tirmidhî rapporte qu’Abdullah ibn Mascûd س qui rapporte que le prophète ج a dit:

J’ai rencontré Abraham (Ibrâhîm) la nuit où je fus élevé au ciel. Il me dit: «Ô Muhammad, transmets mon salut à ta communauté, et informe-les que le Paradis possède une terre fertile, une eau douce, qu’il est constitué de plateaux (Qîcân), et que ses plantes sont «gloire et pureté à Allah, louange à Allah, il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah et Allah est le plus Grand».» [11] La chaîne de rapporteurs de ce hadith comporte cAbdur-Rahmân ibn Ishâq, mais il est confirmé par deux autres récits qui le renforcent, un, selon Abû Ayyûb Al-Ansârî, l’autre, selon cAbdullah ibn cUmar.

Qîcân, est le pluriel de Qâc, qui signifie un endroit plat et étendu, au milieu de terres basses, sur lequel descend l’eau du ciel qui y est retenue, de manière à ce que poussent les plantes qui s’y trouvent. C’est ainsi que l’explique Ibn al-Athîr dans «An-Nihâyah. [12]»

Le sens ici est que les plantes du Paradis poussent rapidement grâce à ces paroles, de même que les plantes qui se trouvent dans ces terres basses qui retiennent l’eau.

[11] «Sunan at-Tirmidhî» (3462); Al-Albânî l’a qualifié de Hassan dans «As-Silsilat us-Sahîhah» (1601). [12] (4/132)

Personne n’est meilleur auprès d’Allah que celui qui les répète tout au long de sa vie

Parmi les mérites de ces paroles: on peut citer aussi le fait que personne n’est meilleur auprès d’Allah qu’un croyant qui vit de nombreuses années dans l’islam en répétant régulièrement «Allah est le plus Grand, gloire et pureté à Allah, il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah et louange à Allah».

L’imam Ahmad et An-Nassâ’î dans son livre «Les œuvres du jour et de la nuit» [13] mentionnent un hadith bon, selon cAbdullah ibn Shaddâd, qui informe que trois personnes de la tribu des Banû cUdhrah vinrent à la rencontre du prophète ج et se convertirent à l’islam. Le rapporteur dit:

- «Le prophète ج dit alors: «Qui les prendra en charge pour moi?»

- Talhah dit: «Moi.»

Alors qu’ils étaient chez Talhah, le prophète ج dépêcha un escadron. L’un de ceux qui avaient accepté l’islam y prit part et mourut en martyr. Le narrateur reprit: «Puis, il envoya une autre troupe, et une deuxième personne du groupe des trois prit part et il mourut également en martyr. Enfin, le troisième d’entre eux mourut quant à lui, dans son lit».

Talhah dit ensuite: «J’ai vu ces trois personnes, celle qui étaient restées chez moi, en rêve au Paradis. J’ai vu celui qui était mort dans son lit les précéder, puis le plus récent des martyrs le suivre, puis le premier des martyrs le suivre. Il dit: «Je fus alors perturbé par cela.»

Puis il dit: «Je me rendis alors auprès du prophète ج et je l’informai de ce que j’avais vu en rêve. Le messager ج dit:

«Je ne suis pas étonné, car personne n’est meilleur auprès d’Allah qu’un croyant qui vit de nombreuses années dans l’islam, et répète souvent «Allah est le plus Grand, gloire et pureté à Allah, il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah et louange à Allah».» [14]

Ce hadith, d’une grande importance, démontre la grandeur du mérite de celui qui vit longtemps et accomplit beaucoup de bonnes œuvres, et dont la langue ne cesse d’évoquer Allah ـ.

[13] «cAmal al-Yawm wal-Laylah» [14] «Al-Musnad» (1/163) et «As-Sunan al-Kubrâ» d’An-Nassâ’î, «Les œuvres du jour et de la nuit», (6) (10674) ; Al-Albânî l’a qualifié de Hassan dans «As-Silsilatu as-Sahîhah» (604).

Allah les a choisies pour Ses serviteurs

Parmi les mérites de ces paroles: on peut citer également qu’Allah les a choisies et sélectionnées pour Ses serviteurs ; Il a accordé des récompenses à profusion ainsi qu’une immense rétribution à ceux qui L’invoquent en les prononçant.

En effet, dans le Musnad de l’imam Ahmad et al-Mustadrak d’Al-Hâkim, est répertorié un hadith ayant une chaîne authentique, rapporté par Abû Hurayrah س et Abû Sacîd س, qui rapportent tous deux que le prophète ج a dit:

«Parmi les paroles, Allah en a choisi quatre:

«سُبْحَانَ اللهِ، وَالحَمْدُ لِلَّهِ، وَلا إِلَهَ إِلا الله ُ، والله ُ أَكْبَرُ»

«Gloire et pureté à Allah, louange à Allah, il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah et Allah est Le plus Grand». Ainsi, celui qui dit «gloire et pureté à Allah»: on lui inscrira vingt bonnes actions et on lui enlèvera vingt mauvaises actions. Celui qui dit «Allah est Le plus Grand» obtiendra la même récompense ; de même que celui qui dit «il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah». Quant à celui qui dit «louange à Allah le Seigneur des mondes» spontanément: il obtiendra trente récompenses et verra trente de ses mauvaises actions effacées.» [15]

La récompense du fait de dire «louange à Allah» spontanément est la plus élevée des quatre, car la plupart du temps, on ne prononce les louanges d’Allah que pour une cause précise, comme après avoir mangé ou bu, ou bien après avoir obtenu un bienfait. C’est comme si on la prononçait pour remercier Allah d’avoir accordé ce bienfait à ce moment-là.

En revanche, si le serviteur prononce cette parole spontanément sans rechercher en cela l’obtention d’un nouveau bienfait, alors sa récompense s’en retrouve multipliée.

[15] «Al-Musnad» (2/302) et «Al-Mustadrak» (1/512) ; Al-Albânî l’a qualifié d’authentique dans «Sahîh al-Jâmic» (1718).

Elles seront une protection contre l’Enfer

Parmi les mérites de ces paroles: on peut en outre citer le fait qu’elles sont une protection contre le Feu pour quiconque les prononce, et qu’elles le sauveront et le protègeront le jour de la Résurrection. En effet, Al-Hâkim dans son Mustadrak, An-Nassâ’î dans son livre Les Œuvres du Jour et de la Nuit, ainsi que d’autres, citent un hadith rapporté par Abû Hurayrah dans lequel il rapporte que le prophète ج a dit:

- «Enfilez vos protections.»

- Nous répondîmes: «Ô Messager d’Allah, contre un ennemi qui est arrivé?»

- Il dit: «Non, mais plutôt contre le Feu de l’Enfer. Dites: «gloire et pureté à Allah, louange à Allah, il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah et Allah est le plus Grand», car ces paroles viendront au jour de la Résurrection pour vous sauver et vous précéder. Elles sont les œuvres pieuses qui persistent (al-Bâqiyât as-Salihât).» [16] Al-Hâkim a dit: «Ce hadith est authentique selon les conditions de Muslim, qui ne l’a pas répertorié.» Adh-Dhahabî l’a approuvé. Al-Albânî l’a qualifié d’authentique.

Ce hadith contient un complément d’information par rapport à ce qui précède. De fait, il a nommé ces paroles par le terme «d’œuvres pieuses et persistantes» (al-Bâqiyât as-Salihât). Allah dit à ce propos:

وَٱلۡبَٰقِيَٰتُ ٱلصَّٰلِحَٰتُ خَيۡرٌ عِندَ رَبِّكَ ثَوَابٗا وَخَيۡرٌ أَمَلٗا﴿ [الکهف: 46].

«Les bonnes œuvres qui persistent ont, auprès de ton Seigneur, une meilleure récompense et «suscitent» un bien meilleur espoir.» (Sourate Al-Kahf: 46).

«Qui persistent» signifie: dont la récompense demeure et dont la rétribution est continuelle. Ceci est la meilleure chose que le serviteur puisse espérer, et la meilleure des récompenses.[16] «Al-Mustadrak» (1/541) et «As-Sunan al-Kubrâ, livre des œuvres du jour et de la nuit» (6/212) ; Sahîh al-Jâmic» (3214).

Elles tournent autour du Trône

Parmi les mérites de ces paroles, on peut évoquer le fait qu’elles tournent autour du Trône du Tout Miséricordieux, en bourdonnant comme des abeilles et en évoquant le nom de celui qui les prononce.

En effet, l’imam Ahmad dans son Musnad, Al-Hâkim dans son Mustadrak, Ibn Mâjah dans ses Sunans citent tous un hadith rapporté par an-Nucmân ibn Bachîr س qui rapporte que le Messager d’Allah ج a dit:

«Parmi les formules que vous prononcez pour proclamer la grandeur d’Allah, il y a at-Tasbîh (NdT: le fait de dire «gloire et pureté à Allah»), at-Takbîr (NdT: dire «Allah est le plus Grand»), at-Tahlîl (NdT: dire «il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah») et at-Tahmîd (NdT: dire «louange à Allah»). Ces paroles tournoient autour du Trône et bourdonnent comme des abeilles en évoquant le nom de ceux qui les prononcent. Ne voudriez-vous pas que cela vous arrive à vous? Et qu’on ne cesse d’évoquer votre nom?»

Al-Bûsayrî a dit dans ses ajouts aux Sunans d’Ibn Mâjah: «La chaîne de rapporteurs de ce hadith est authentique, et ses rapporteurs sont de confiance.» Al-Hâkim l’a qualifié d’authentique. [17]

En résumé, ce hadith nous informe au sujet de cette particularité grandiose, qui est que ces quatre paroles tournoient autour du Trône «d’Allah» en bourdonnant comme des abeilles – c’est-à-dire en émettant un son semblable à celui des abeilles – au rappel des noms de ceux qui les prononcent. Ceci constitue l’une des plus grandes incitations à prononcer ces formules de rappel et c’est pourquoi le Messager ج a dit dans ce hadith: «Ne voudriez-vous pas que cela vous arrive à vous? Et qu’on ne cesse d’évoquer votre nom?»

[17] «Al-Musnad» (4/268-271), «Sunan Ibn Mâjah» (3809) et «Al-Mustadrak» (1/503).

Elles pèsent lourd dans la balance

Parmi les mérites de ces paroles, on peut encore citer la parole du prophète ج qui informe qu’elles pèseront lourd dans la balance «des œuvres le jour du Jugement».

An-Nassâ’î dans son livre «Les Œuvres du Jour et de la Nuit», Ibn Hibbân dans son recueil de hadiths as-Sahîh, Al-Hâkim et d’autres rapportent un hadith selon Abû Salmâ س qui a dit: «J’ai entendu le Messager d’Allah ج dire:

«Bakhin! Bakhin! en montrant ses cinq doigts: «Quelles sont lourdes dans la balance! Les «paroles:»

- Gloire et pureté à Allah,

- Louange à Allah,

- Il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah,

- Et Allah est le plus Grand»,

- Ainsi que le fait pour un musulman de perdre un enfant pieux «et de patienter» en espérant la récompense auprès d’Allah.»

Al-Hâkim a qualifié ce hadith d’authentique et Adh-Dhahabî l’a approuvé. Ce hadith est confirmé par un autre hadith rapporté par Thawbân س «portant un sens semblable» qui a été référencé par al-Bazzâr qui l’a qualifié sa chaîne de transmission de bonne. [18]

L’expression «Bakhin! Bakhin!» se dit d’une chose étonnante ou plaisante dont on explique le bienfait ou le mérite [19].

[18] «As-Sunan al-Kubrâ», «Kitâb cAmal il-Yawm wal-Laylah» (6/50); «Sahîh Ibn Hibbân (al-Ihsân)» (3/114; no. 338); «Al-Mustadrak» (1/511, 512); «Kashf us-Sitâr can Zawâ‘id al-Bazzâr» (4/9, no 3072). [19] NdC: elle est parfois traduite par l’interjection: «Bravo!»

Elles sont une aumône

Parmi les mérites de ces paroles, il y a également le fait que le serviteur récolte une aumône pour chacune de ces paroles qu’il prononce.

Muslim rapporte un hadith dans son Sahîh selon Abû Dharr س qui dit qu’un groupe de gens parmi les compagnons du messager d’Allah ج lui demanda:

- «Ô messager d’Allah, les gens riches ont accaparé toutes les récompenses! Ils prient comme nous, ils jeûnent comme nous, mais en plus, ils font aumône du surplus d’argent qu’ils possèdent.»

- Il dit: «Allah ne vous a-t-il pas donné de quoi faire aumône? À chaque fois que vous dites «gloire et pureté à Allah», vous accomplissez une aumône. À chaque fois que vous dites «Allah est le plus Grand», vous accomplissez une aumône. À chaque fois que vous dites «louange à Allah», vous accomplissez une aumône et à chaque fois que vous dites «il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah», vous accomplissez une aumône. Lorsque vous recommandez le bien, vous accomplissez une aumône, lorsque vous interdisez le blâmable, vous accomplissez une aumône, et lorsque vous avez des rapports avec vos femmes, vous accomplissez une aumône.»

- Les compagnons dirent: «Ô messager d’Allah, est-ce qu’en assouvissant nos désirs, nous obtenons une récompense!?»

- Il dit: «Voyez-vous si vous les aviez assouvis illicitement, n’auriez-vous pas commis un péché? Ainsi, lorsque vous les assouvissez licitement, vous obtenez une récompense.» [20]

Les nécessiteux pensaient que l’aumône ne pouvait s’accomplir qu’avec de l’argent, et que donc, ils étaient incapables d’en dépenser. Mais, le prophète ج les a informés que tous les actes de bienfaisance et de générosité sont une aumône, et en premier lieu, le fait de prononcer les quatre paroles citées: «gloire et pureté à Allah, louange à Allah, il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah et Allah est le plus Grand».

[20] «Sahîh Muslim» (1006).

Elles remplacent le Coran pour celui qui L’ignore

Enfin, parmi les mérites de ces paroles, il y a également le fait que le prophète ج en ait fait une substitution au Coran pour ceux qui n’ont pas la capacité de le réciter.

Abû Dâwûd, An-Nassâ’î, Ad-Dâraqutnî et d’autres rapportent qu’Ibn Abî Awfâ س a dit: «Un homme vint voir le prophète ج et lui dit:

- «Ô messager d’Allah, je n’arrive pas à apprendre le Coran, alors apprends-moi une chose qui le remplacera «et rendra ma prière valable».»

- Il répondit: «Tu dis: gloire et pureté à Allah, louange à Allah, il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah et Allah est le plus Grand, et il n’y a de puissance et de force qu’en Allah».

- Le bédouin dit: «Qu’il en soit ainsi!» Et il serra les poings. Il dit encore: «Ceci est pour Allah. Qu’y a-t-il pour moi?»

- Le prophète ج dit: «Tu dis:

«اللَّهُمَّ اغْفِرْ لِي وَارْحَمْنِي وَعَافِنِي وَارْزُقْنِي وَاهْدِنِي»

«Ô Allah, pardonne-moi, fais-moi miséricorde, accorde-moi la santé et la subsistance, et guide-moi.»

- Le bédouin les prit et serra ses poings.

- Le prophète ج dit alors: «Cette personne, quant à lui, a rempli ses mains de bien.» [21]

Le savant du hadith Abû at-Tîb al-cAzhîm Âbâdî dans son commentaire de Sunan Ad-Dâraqutnî: «La chaîne de ce hadith est authentique.» Par ailleurs, Al-Albânî a dit: «Elle est Bonne.» [22]

* * *

[21] «Sunan Abî Dâwûd (832)» ; «Sunan An-Nassâ’î» (2/143); «Sunan Ad-Dâraqutnî» (1/313, 314). [22] «Sahîh Abî Dâwûd» (1/157).

Conclusion

Voilà donc quelques-uns des mérites de ces quatre paroles tels que mentionnés dans la Sunna du prophète ج. Quiconque médite les mérites que nous avons mentionnés ci-dessus reconnaîtra que ces paroles sont très importantes, et que leurs mérites grandioses prouvent qu’elles sont d’une grande valeur, qu’elles possèdent une place élevée, une énorme utilité et un immense bénéfice pour le serviteur croyant.

Il se peut que le secret de ce mérite considérable – et Allah est le plus Savant – réside dans ce que certains savants ont mentionné lorsqu’ils ont affirmé que tous les noms d’Allah أ se retrouvaient dans ces quatre paroles:

- Gloire et pureté à Allah regroupe les noms qui indiquent qu’Allah est Exempt de tout défaut et de tout manque comme al-Quddûs (l’Exempt de tout défaut) et as-Salâm (Celui qui n’a pas de défauts) ;

- Louange à Allah regroupe l’affirmation de toutes les formes de perfection dans les noms et Attributs d’Allah  ;

- Allah est le Plus Grand est l’affirmation de la grandeur et l’immensité d’Allah, et implique que personne ne parvient à faire Ses éloges comme il Lui convient ;

- Il est donc logique que Celui dont les noms et attributs sont ainsi, il n’existe aucune divinité telle que Lui, - c’est-à-dire qu’aucune divinité autre que Lui ne mérite l’adoration. [23]

Pour récapituler, la glorification (at-Tasbîh) est le fait de déclarer Allah exempt de tout ce qui ne Lui convient pas. La louange (at-Tahmîd) est l’affirmation de toutes les formes de perfection dans les noms, attributs et actes d’Allah. La formule qu’il n’y a aucune divinité digne d’adoration autre que Lui (at-Tahlîl) revient à affirmer l’unicité d’Allah (at-Tawhîd), à respecter Son droit exclusif à l’adoration (al-Ikhlâs), et à se désavouer de tout associé. Le fait de dire qu’Allah est le Plus Grand (At-Takbîr) est l’affirmation de Sa grandeur, et que rien n’est plus grand que Lui.

Par Allah, que ces paroles sont importantes et que leur rang est élevé! Que les bénédictions qui résultent du fait de les prononcer sont immenses!

Nous demandons à Allah de nous faciliter à les prononcer assidûment et régulièrement, qu’Il nous place parmi ceux dont les langues répètent ces formules sans cesse, Il maîtrise cela et en est parfaitement Capable.

Qu’Allah fasse les éloges de notre prophète Muhammad et le salue, ainsi que ses proches et tous ses Compagnons.

Traduction terminée le 28/1/2011 et revue le 15/4/2012 par Abou Younes Yaaqub.

Revue le 23/4/2012 par l’équipe Islamhouse.

[23] Voir Al-cAllânî, «Tafsîr al-Bâqiyât as-Salihât», p. 40.

افَضْلُ الكَلِمَاتِ الأَرْبَعِ: سُبْحَانَ اللهِ، وَالحَمْدُ لِلَّهِ، وَلا إِلَهَ إِلَّا الله ُ، والله ُ أَكْبَر

باللغة الفرنسيّة

جَمَعَها: الشيخ عَبْدُ الرَّزَّاق بن عَبْد المُحسِن البَدْر

ترجمة: يعقوب لينين

مراجعة: قسم الترجمة الفرنسي لدار الإِسلام

2012/1433

Votre avis nous intéresse