• Français

    Auteur, Correcteur, Nombre de données : 3670

    Prêcheur syrien connu, résident en Arabie Saoudite, et auteur de livres bénéfiques dont quelques-uns ont été préfacés par d’émérites savants comme Cheikh Ibn Baz, Cheikh Ibn Jibrine, Cheikh Abdel-Aziz Âli-Cheikh et Cheikh Al-Fawzane. Il est aussi responsable du site islamqa exposant les fatwas des grands savants et de plusieurs professeurs d’universités et traduites en plusieurs langues. Qu’Allah le préserve !

  • Français

    Correcteur, Auteur, Traducteur, Nombre de données : 1721

    Doctorant kurde à l’Université islamique Imam Mohammed Ibn Saoud de Ryiad.

  • Français

    Auteur, Correcteur, Nombre de données : 1675

    L’Imâm ‘Abdil ‘Azeez bin ‘Abdillah bin Baaz (1330-1420H) SON NOM ET ORIGINE Il était le noble et le savant exemplaire, ‘Abdul ‘Azeez bin ‘Abdillah bin ‘AbdirRahman bin Muhammad bin ‘Abdillah Aali Baz, Qu’ ALLAH lui accorde Sa miséricorde. Les Baz était une famille profondément ancrée dans la science, le commerce et l’agriculture. Ils étaient connus pour leurs valeurs et leurs caractères. Shaikh Sulayman bin Hamdann, Qu’ ALLAH lui accorde Sa miséricorde, écrit dans son livre sur la biographie des savants hanbalites : « Leur origine est de Médine, puis l’un de leurs ancêtres se déplaça à Dir’iyah ». SA NAISSANCE ET SA JEUNESSE Il est né à Riyadh, la capitale du Najd, le 12 de Dhul Hijjah en 1330 de l’hégire. C’est là qu’il passa son enfance, son adolescence et ses premières années de l’âge adulte. L’imam Ibn Baz grandit dans un environnement favorable à la science, puisque Riyadh à cette époque, comptait beaucoup de savants et d’imam. C’était également un lieu de sécurité et de paix depuis que le roi ‘Abdul ‘Aziz la reconquit et y établit la justice basée sur les lois de l’Islam. Ceci eut lieu après que Riyadh eut été un endroit de désordre incessant et d’instabilité. L’Imam Ibn Baz débuta par l’apprentissage du Coran comme à l’habitude des salafs qui mémorisaient le Qur’an avant d’aborder les autres sciences. Il apprit donc le Qur’an par cœur et ce avant l’âge de la puberté. Puis il étudia auprès des savants de sa région. IL est très important de noter que sa mère, Qu’Allah lui accorde Sa miséricorde, à joué un grand rôle dans son cheminement vers la science, puisqu’elle était celle qui l’encourageait constamment et le poussait à acquérir la science, comme il le précise vers la fin de l’une de ses conférences « Mon voyage avec les écrivains » , dans laquelle il évoque des moments de sa vie. L’ Imam Ibn Baz possédait encore la vue pendant la première partie de sa vie. Mais par la sagesse infinie d’ALLAH, Sa volonté fut que la vue de l’Imam s’affaiblit en raison d’une maladie de l’œil en 1346 de l’Hégire, ce qui entraîna la perte totale de sa vue en l’an 1350H, et ce peu de temps avant avoir atteint l’âge de 20 ans. Cependant cela ne l’empêcha pas de persévérer et de s’appliquer dans la recherche de la science, qu’il poursuivit et dans laquelle il excella. De manière assez surprenante, sa cécité fut pour l’Imam Ibn Baz un vecteur de bienfaits, puisqu’il fut capable d’en tirer plusieurs avantages au nombre desquels nous pouvons en citer au moins quatre : 1. La récompense d’ALLAH L’ Imaam AL bukhari à rapporté dans son sahih, un hadith qudsi : D’ après ‘Amr l’affranchi d’al Muttalib, qui se réfère à Anas ben Malik, le Messager d’ ALLAH dit : « ALLAH a dit : « Lorsque J’éprouve un de Mes serviteurs par la perte de ses deux choses qu’il aime et qu’il se résigne, Je lui donnerai en échange le Paradis. » Anas : Le Prophète parle des deux yeux. N° 5653 2. Une bonne mémorisation L’Imam Ibn Baz était le Hafidh (mémorisateur) de cette époque quant à la science du Hadith. Si on le questionnait sur un hadith qui se trouve dans les 6 Recueils de Hadiths ou d’autres recueils comme le Musnad de l’Imam Ahmad, on se rendait compte qu’il connaissait parfaitement les chaînes de transmission du hadith mot pour mot, les dires du savant sur le hadith, les narrateurs et son explication. 3. Absence d’intérêt pour les biens matériels L’Imam Ibn Baz délaissait les plaisirs de ce bas monde, adoptant un mode vie plein d’humilité et faisant abstraction des biens matériels. 4. Une grande détermination La perte de la vue a rendu l’Imam Ibn Baz plus déterminé et persévérant dans sa recherche d’acquisition de la science au point de devenir l’un des plus grands savants, connu à travers le monde entier. En effet ALLAH lui remplaça la lumière de ses yeux par la lumière du cœur, l’amour pour la science et l’attachement à la Sunnah du Prophète. SES PROFESSEURS Après avoir mémorisé le Quran, l’Imam Ibn Baz, Qu’ALLAH lui accorde Sa miséricorde, il étudia les autres sciences islamiques auprès de plusieurs savants de Riyadh, dont les plus éminents furent : • Shaikh Muhammad bin ‘Abdil Latif Aali Sheikh, l’arrière- arrière petit fils de l’imaam Muhammad bin ‘Abdil Wahab • Shaikh Salih bin ‘Abdil ‘Aziz Aali Sheikh, l’arrière-arrière petit fils de l’imaam Muhammad bin ‘Abdil Wahab et Principale Juge de Riyadh • Shaikh Sa’ad bin Hamad Al ‘Atiq, Juge de Riyadh • Shaikh Hamad bin Farris Vice président de la Trésorerie de Riyadh • Shaikh Sa’ad Waqqas Al Bukhari, faisant partie des savants de Mekka auprès de qui il appris la science du tajwid depuis 1355 de l’hégire. • Shaikh Muhammad bin Ibrahim Ibn Aali Sheikh, ancien Mufti du Royaume d’Arabie Saoudite. Il assista à ses cercles d’études pendant près de 10 ans, étudiant à ses côtés toutes les sciences islamiques, entre l’année 1347 et l’année 1357 de l’hégire. Ce fut à cette époque que son professeur le nomma juge. SON PARCOURS Lorsque l’Imam Ibn Baz fut choisi pour devenir Juge de la région de Kharj, il accepta à contrecœur étant donné qu’il n’éprouvait aucune prédisposition pour ce type de poste, qu’il occupa malgré tout suite aux encouragements de son professeur Shaikh Muhammad bin Ibrahim Aali Shaikh, et sur ordre du Roi ‘Abdul ‘Aziz. Il arriva à Dilam, capitale de la région de Kharj à l’époque, où il fut accueilli chaleureusement. Dès son arrivée, il se rendit à la mosquée Centrale et pria 2 rak’at, conformément à la sunna. Puis il se reposa en présence de celui qui était l’émir de Dilam à l’époque, Nasir bin Sulayman al Huqbanni. Peu après, la foule se rassembla autour de lui et il leur administra un prêche d’une grande intensité. Il leur dit entre autre qu’il n’avait pas désiré ce poste mais que c’était un ordre et qu’il se devait d’obéir au gouverneur. Dès ses débuts en tant que juge, ALLAH apporta davantage de bien par son biais et il jugeait avec justice et bonté. Il servira à ce poste durant un peu plus de 14 ans. Pendant cette période, la région de Kharj se transforma en un espace de bien et de justice. L’Imam Ibn Baz attribuera ce résultat aux cœurs bons des gens et de leur estime pour la vertu et la justice. Les tribunaux se trouvant à Ad-Dilam, il y élit résidence dans la demeure offerte par l’Imam ‘Abdullah bin Faysal bin Turki. L’Imam Ibn Baz était connu à travers le monde musulman pour ses verdicts religieux ( fatwas ) et ses livres bénéfiques. Il présidait plusieurs comités de séminaires d’enseignement en Arabie Saoudite, et donnait des cours par téléphone aux musulmans vivant à l’extérieur du Royaume. Il répondait aussi aux questions des gens à la radio et pendant les périodes bénies du Hajj et du Ramadan . Ses paroles furent également diffusées dans les journaux, magazines et articles musulmans à travers le monde. Bien qu’occupé dans son rôle de propagation de la da’wah et de l’instruction, il prenait également le temps pour se consacrer à l’écriture de livres et de traités sur des questions importantes, que les musulmans se devaient de connaître. Ses travaux les plus connus sont : - L’ obligation de suivre la Sunnah (sur le site islamhouse) - L’attaque idéologique - La vie et l’appel de l’Imam Muhammad bin ‘Abdil Wahhab - 3 traités sur la prière - La croyance correcte et ce qui l’oppose (sur le site islamhouse) - Leçons importantes pour toute la communauté (sur le site islamhouse) - Critique du nationalisme arabe - 2 épîtres sur le Jeûne et la Zakat (sur le site islamhouse) - Règles concernant les images - Règles concernant la célébration de l’anniversaire du Prophète - Mise en garde contre les innovations (sur le site islamhouse) Il existe également beaucoup d’autres livres, qui peuvent être lus ou imprimés sur le site web officiel de l’imam : www.binbaz.org.sa. Cela s’ajoute aux nombreuses fatawas, qui ont été rassemblées, compilées, publiées, réparties dans de nombreux volumes. SON ENSEIGNEMENT ET SES ACTIVITÉS RELIGIEUSES 1) Il travailla comme juge dans la région de Kharj en Arabie Saoudite pendant 14 ans de 1357 à 1371. 2) Il enseigna à l’institut d’enseignement de Riyadh en 1372H, et à l’établissement de Shari’ah dès sa création, enseignant notamment le Fiqh , Tawhid et les Hadiths . Il occupa ce poste durant 9 ans jusqu’en 1380H. 3) En 1381H, il fut nommé Vice-Recteur de l’Université Islamique de Médine, occupant cette fonction jusqu’en 1390H. 4) C’est alors qu’il fut nommé comme recteur de l’université islamique de Médine en 1390H, suite au décès de l’ancien recteur Shaikh Muhammad Ibn Ibrahim Aali Shiekh au mois de Ramadan 1389H. Il resta à ce poste jusqu‘en 1395H. 5) Le 10.14.1395, le roi ordonna que l’imam Ibn Baz soit nommé comme chef du conseil pour la recherche islamique, les fatwas, la da’wah et les conseils. Il se maintint à ce poste jusqu’en 1414H. 6) Le 1/20/1414 le roi nomma l’imam Ibn Baz comme grand Mufti du royaume d’Arabie Saoudite. Il occupa ce poste en même temps que celui de chef du comité de la recherche islamique et des fatwas. Il occupa également les postes suivants : 1) Chef du comité permanent pour la Recherche islamique et des fatwas 2) Président et membre du Comité de création de la Ligue Musulmane Mondiale. 3) Président du Haut Conseil de La Ligue Mondiale 4) Président du Conseil Suprême Mondiale des Mosquées 5) Président de l’Assemblée Islamique de Fiqh à Médine 6) Membre du Haut conseil à l’Université Islamique de Médine 7) Membre du Comité Suprême pour la Propagation de l’Islam Ses étudiants L’imaam Ibn Baaz, qu’ALLAH lui accorde Sa miséricorde, eut de nombreux étudiants qui assistaient à ses cours et à ses cercles d’études. Les plus illustres d’entre eux furent : - Muhammad Bin Salih Al Uthaimine, ancien membre du Conseil des Grands Savants, qu’ALLAH lui accorde Sa miséricorde. - ‘Abdullah bin Hamad Al Qu’oud, membre actuel du comité permanent pour la Recherche Islamique et de la Fatwa et du Conseil des Grands Savants - ‘Abdul Muhsin al ‘Abbad, ancien Recteur et Vice Recteur de l’Université Islamique de Médine. -Abdel-Aziz Ali-Cheikh, Mufti actuel du Royaume d’Arabie Saoudite. - Salih Bin Fawzan Al Fawzan, membre régulier du Comité Permanent pour la Recherche Islamique et de la Fatwa et également du Conseil des Grands Savants - Abderrahman Ibn Jibrine. Ancien membre régulier du Comité Permanent pour la Recherche Islamique et de la Fatwa et également du Conseil des Grands Savants. - Abdul ‘aziz bin ‘Abdillah Ar Rajihee, professeur émérite à l’université islamique de l’imam Mohammed Ibn Saoud et membre du conseil d’administration du bureau de prêche de rabwah dont le site islamhouse appartient. Ses caractéristiques physiques et son apparence Le shaikh, qu’ALLAH lui accorde Sa miséricorde, était de corpulence et de taille moyenne. Son visage était rond et son teint hâlé. Il avait un nez en courbe, et une barbe qui était courte sur les côtés mais épaisse sous le menton. Si à l’origine sa barbe était noire, quand des poils blancs apparurent il la teinta avec du henné comme le veut la sunna du prophète. Il ressemblait par cela à beaucoup de ses prédécesseurs. D’apparence agréable, il portait toujours des habits blancs et avait d’amples vêtements, et des pantalons qui tombaient à la moitié de son tibia. Son humilité et sa piété Connaissant sa propre valeur, l’imam se montrait très humble envers ALLAH. C’est pourquoi il traitait les gens de la meilleure des manières, faisant preuve de gentillesse et de clémence. Il n’offensait jamais personne et ne se montrait jamais arrogant. Il ne voulait pas donner une fausse impression de supériorité ni ne se levait pour partir quand il était en compagnie de pauvres et de nécessiteux, et ne s’abstenait pas de marcher avec eux et de les fréquenter. Il ne se privait jamais d’écouter les conseils de ceux qui étaient moins reconnus que lui. Une autre preuve de son humilité était qu’il acceptait les invitations de ses étudiants et de ses amis proches à l’occasion de leurs mariages. Il arrivait très tôt et demandait à l’un des frères présents de réciter des verset du Qur’an qu’il expliquait à chaque invité. Sa mort L’Imam Ibn Baz mourut un jeudi, le 27 du mois de Muharram, 1420 de l’hégire (13/05/1999) suite à un arrêt du cœur. Il avait 89 ans. Des millions de personnes à travers le Royaume d’Arabie Saoudite se rassemblèrent pour assister à la prière funéraire et il fut enterré dans le cimetière de Adl à Makkah. Les musulmans à travers le monde pleurèrent sa mort, et ce seulement quelque mois après que le monde musulman perdit un autre grand savant, l’Imam Al Albani, qu’ALLAH leur accorde sa miséricorde. Post-Scriptum : SOURCE : BinBaz.Org.Sa [abrégé et ajouts par Al-Ibaanah.com et islamhouse] Traduit par l’équipe de sounna.com

  • Français

    Correcteur, Traducteur, Auteur, Nombre de données : 1300

    Diplômé de l’Université de l’Imam Mouhammed Ibn Saoud à Ryadh et prédicateur indonésien. qu’Allah le préserve.

  • Français

    Correcteur, Traducteur, Auteur, Nombre de données : 1264

  • Français

    Correcteur, Auteur, Traducteur, Nombre de données : 1195

  • Français

    Correcteur, Traducteur, Nombre de données : 1106

  • Français

    Traducteur, Auteur, Correcteur, Récitateur, Nombre de données : 1115

  • Français

    Traducteur, Auteur, Correcteur, Sources, Nombre de données : 1043

  • Français

    Correcteur, Traducteur, Auteur, Nombre de données : 952

    Prédicateur thailandais, diplômé de l’université islamique de Médine et prépare un magistère à l’Université de Ryadh. qu’Allah le préserve.

  • Français

    Traducteur, Correcteur, Auteur, Nombre de données : 931

  • Français

    Traducteur, Auteur, Correcteur, Nombre de données : 882

  • Français

    Correcteur, Traducteur, Auteur, Nombre de données : 722

    Licencié en langues et en traduction, section études islamiques de l’université Al-Azhar. Responsable du site anglais islamhouse.

  • Français

    Auteur, Correcteur, ناشر, Nombre de données : 716

    Prédicateur saoudien, célèbre pour son livre la citadelle du musulman.

  • Français

    Correcteur, Auteur, Nombre de données : 711

  • Français

    Correcteur, Auteur, Traducteur, Nombre de données : 670

    Traducteur vietnamien. Etudiant à l’université de Médine.

  • Français

    Auteur, Correcteur, Traducteur, Nombre de données : 590

  • Français

    Correcteur, Traducteur, Auteur, Nombre de données : 546

  • Français

    Auteur, Correcteur, Nombre de données : 540

    Grand savant contemporain et membre de dar al-ifta (bureau des avis juridiques islamiques). Élève de cheikh Ibn Baz, connu pour ses nombreux cours donnés dans la ville de Riyadh, ses livres bénéfiques et ses fatwas diverses dont celles publiées par Dar Al-Ifta. Biographie succincte de l’auteur Il est le savant, l’érudit et docteur Sâlih Ibn Fawzân Ibn cAbdillah Al-Fawzân. Enfance et parcours académique : né le 28 septembre 1935 g. (1er de Rajab 1354 h.), il fait partie des habitants du village d’Ash-Shamâsiyah dans la région d’Al-Qasîm, pas loin de la ville d’Al-Buraydah. Sa généalogie remonte aux Waddâcîn de la tribu Ad-Dawâsir. Son père décéda alors qu’il était en bas âge, il fut alors éduqué par les membres de sa famille. Il étudia le Noble Coran, les bases de la lecture et de l’écriture avec l’imam de la mosquée de son quartier : le sheikh Hamûd Ibn Sulaymân At-Talâl, qui devint ensuite juge de la ville de Dhariyah, dans la région d’Al-Qasîm. Il intégra ensuite l’école publique d’Ash-Shamâsiyah lorsqu’elle fut inaugurée en 1369 puis compléta son cursus primaire dans l’école Al-Faysaliyah à Buraydah en 1371 h. dans laquelle il fut ensuite nommé pour devenir enseignant. Il rejoignit alors l’institut d’apprentissage de Buraydah lorsqu’il fut inauguré en 1373 h., dans lequel il obtint son diplôme en 1377 h. Puis il intégra la faculté de sciences religieuses (Sharîcah) à Riyadh et en sortit diplômé en 1381 h. Il poursuivit ses études avec un magistère spécialisé en Fiqh (jurisprudence), puis obtint son doctorat en Fiqh également. Ses responsabilités publiques : après l’obtention de son diplôme de sciences religieuses, il fut désigné pour être enseignant à l’institut scientifique de Riyadh (NdT : désormais appelé « Jâmicat Al-Imâm »), puis il fut transféré pour enseigner à la faculté de Sharîcah, puis à nouveau transféré pour enseigner dans le cursus d’études supérieures « fondements de la religion » (Usûl ad-Dîn), puis à l’institut supérieur de la magistrature duquel il devint ensuite directeur, puis y retourna comme enseignant après avoir achevé son mandat de directeur. Ensuite, il fut transféré pour être membre du Comité Permanent de la Recherche Islamique et de l’Iftâ’ dans lequel il siège toujours à la date d’aujourd’hui. Ses responsabilités extra-professionnelles : il est membre de la Chaire des Grands Savants, membre du Congrès de Jurisprudence à La Mecque, membre du Comité de Supervision des Prêcheurs pendant le pèlerinage, membre du Comité Permanent de la Recherche Islamique et de l’Iftâ, Imam, chargé du sermon du vendredi et conférencier à la mosquée « Al-Amîr Mutcib Ibn cAbdilazîz Âl Sucûd » dans le quartier d’Al-Malaz. Invité régulier de l’émission de radio « Nûr cala Ad-Darb » sur la chaîne du Noble Coran. Il participe à de nombreux projets de recherche scientifique, d’enseignement, d’écriture, de fatâwâs, dont certains déjà ont été édités. Il est également membre du jury dans un bon nombre de thèses et recherches en niveaux magistère et doctorat. Un nombre important d’étudiants ont bénéficié de ses cours et de ses assises régulières. Ses professeurs : il fut l’élève de savants célèbres et érudits. Parmi les plus connus, on retrouve : cAbdurrahmân As-Sacdî, cAbdulazîz Ibn Bâz, cAbdullah ibn Humayd lorsqu’il enseignait à Buraydah, Muhammad Al-Amîn Ash-Shanqîtî, cAbdurrazzâq Al- cAfîfî, Sâlih As-Sukaytî et d’autres nombreux savants. Il a également étudié avec des savants d’Al-Azhar connus pour leur science dans le hadith, le tafsir et la langue arabe. Ses principaux élèves : cAbdullah Al-Qusayir, cAbdulazîz As-Sadhân, cAlî Ash-Shibl, Sâlih Al-cUsaymî, cAbdurrahmân As-Sudays l’imam de la Mosquée Sacrée de La Mecque, cAbdulmuhsin Al-Qâsim l’un des imams de la Mosquée Sacrée de Médine, Sâlih Âli Ash-Sheikh, cAzzâm Ash-Shuwaycir, Muhammad Al-Munajjid et d’autres... Ses écrits principaux : « Al-Irshâd ilâ Sahih Al-Ictiqâd » (Le guide vers la croyance correcte), « Explication d’Al-cAqîdah Al-Wâsitiyah », « Min Aclâm Al-Mujaddidîn fil-Islâm » (Quelques grands réformateurs de l’Islam), « L’explication de Kitâb At-Tawhîd », « Al-Mulakhhas Al-Fiqhî » (Résumé de la jurisprudence), « L’explication du livre Kashf Ash-Shubuhât », « La signification de Lâ Ilâha illa Allah », « Sharh Nawâqidh al-Islam » (L’explication des actes annulatifs de l’Islam), « Etudes approfondies dans le Fiqh (jurisprudence) et dans divers sujets », « Recueils de fatâwâ relatives au dogme et à la jurisprudence », « Erreurs du livre « Al-halâl wal-harâm fîl-Islâm » qui est une réplique au livre de Yûsuf Al-Qardhâwî » ainsi que de nombreux livres et épitres sur les significations du Noble Coran, les règles du pèlerinage, du jeûne, des transactions commerciales...qu’ils soient déjà publiés ou en cours de parution. Qu’Allah récompense le Sheikh et lui accorde une longue vie dans l’obéissance et les œuvres sincères ! Autre biographie : Son nom, ses origines et sa naissance : C’est : Saleh ibnou Fawzân ibnou ‘Abd allah Al Fawzân Il est de la ville de Chamâsiyah al Wadâ’iyin, de la tribu Dawâser, il est né en 1354 de l’hégire. Sa vie et ses études : Son père est mort alors qu’il était petit il fut élevé par sa famille et il a apprit le coran ainsi que les principes de la lecture et de l’écriture avec l’imam de la mosquée de sa ville. Après cela il intègre l’école du gouvernement de sa ville dés qu’elle s ’est ouverte à Chamâsiyah en 1369H, puis il termine ses études primaires à l’école Faysaliyah dans la ville de Bouraydah en 1371, puis il intègre l’institut scientifique à Bouraydah dès son ouverture en 1373 de l’hégire, et y obtient son diplôme en 1377 après quoi il intègre la faculté de la Charî’ah (législation islamique) à Riyad et il obtient son diplôme en1381 Les études supérieures : Il obtient le magistère en jurisprudence il obtient le doctorat en jurisprudence, de la même faculté de Charî’ah. Les postes qu’il a occupés et certaines de ses œuvres : Il est nommé en 1372 comme enseignent en école primaire avant d’intégrer l’institut scientifique de Bouraydah et il est nommé comme enseignant à l’institut scientifique (science religieuse) de Riyad dès l’obtention de son diplôme de la faculté de la Charia puis nommé comme enseignant à faculté de la Charî’ah puis chargé d’études supérieures à la faculté de Ousoulou Din (fondement de la religion) ensuite il fut nommé en tant que directeur de l’institut de la magistrature 1396, puis il revient en tant qu’enseignant après ses taches en tant que directeur. Puis il est nommé après cela en tant que membre de la commission de grands savants en 1407, puis en tant que membre au sein de la commission durable pour les recherches scientifiques (religieuse) et de l’Iftâ (lieu ou l’on donne des avis juridiques) en 1411. Et il est nommé aussi membre au sein de l’institut de Jurisprudence à la Mecque qui fait partie de la ligue du monde islamique, et il était membre du comité de la supervision du prêche islamique. Il est Imâm Khatîb conférencier et enseignant dans la mosquée de l’Emir Mout’ib bnou ‘Abdel ‘Aziz à Milzi à Riyad, il contribue dans l’émission : Lumière sur le chemin, à la radio saoudienne et il a publié des articles dans certaines revues spécialisés dans la science (science religieuse) des cours et épîtres et des fatâwâ (avis juridique religieux). Il écrit également des épîtres scientifique de recherches pour l’obtention du magistère et du doctorat et grâce à lui beaucoup d’étudiant ont accédé à des études brillantes et je suis fier d’être parmi un de ceux là . Ses professeurs : Il a apprit la science en suivant les cours des savants éminents et des juges célèbres comme Cheykh ‘Abdel ‘Aziz bnou Bâz Rahimahoullah qui respectait notre Cheykh (Cheykh al Fawzân) et le chargeait des missions très importantes, gagnant ainsi son estime et sa confiance, il lui confiait même certains livres pour les réviser et donner son avis sur ses contenus. Parmi ses professeurs aussi ‘Abd allah ibnou Hamîd Rahimahoullah il assistait très souvent à ses cours lorsqu’il était étudiant à l’institut scientifique de Bouraydah. Ainsi que Cheykh Mouhammad Âmin Chanqîtî Rahimahoullah Et Cheykh ‘Abdar Razâq ‘Afifî . Et aussi le Cheykh Hamoûd bnou Soulaymân at Talâl qui était l’imam du village (de Cheykh al Fawzân) et qui devient juge au village de Dhariyah dans la région de Qacîm, c’est lui qu’il lui a apprit la lecture et l’écriture. Puis il suit les cours de Cheykh Ibrâhîm bnou Dhayallah al Youssouf qui était enseignant à Chamâssiyah. Ses écrits : Le Cheykh Qu’Allah le préserve à écrit beaucoup de livres. Comme son commentaire concernant l’étude de l’obligation de l’héritage et c’est son thème de son magistère 1 tome. De même que son mémoire sur les aliments au sein de l’islam (sa thèse de Doctorat) 1 tome. La guider vers la voie authentique. L’explication de la croyance al Wâsitiyah de Cheykh al Islam ibnou Taymiyah 1 tome. Eclaircissement concernant les erreurs de certains écrivains 2 tomes. Le recueil des conférences à propos de la croyance et de la foi et du prêche 4 tomes. Les discours du minbar du sermon du Jouma’a (vendredi) approprié à ce temps ci 6 tomes. Les réformateur de l’islam (Imâm Ahmad, Ibnou Taymiyya, et Cheykh Mouhammad bnou ‘Abdal Wahhâb). Des études approfondies dans le Fiqh (jurisprudence) et dans divers sujets. Recueil de fatâwâ dans la croyance, et dans le Fiqh 5 tomes. Erreur tirée du livre (al halâlou wal harâmou fîl islâm) le licite et l’illicite dans l’islam, et réplique sur Yoûsouf al Qardâwî . Un résumé du commentaire du livre Kitâb at Tawhîd (le livre de l’Unicité) de Cheykh Mouhammad bnou ‘Abdal Wahâb rahimahoullah livre scolaire. L’aide bénéfique du commentaire de Kitâb at Tawhîd 2 tomes. Commentaire sur (le discours) l’orateur (al Ghâtîb) critiquant Cheykh Mouhammad bnou ‘Abdal Wahhâb . Un résumé dans le Fiqh en 2 tomes. L’émerveillement des gens de la foi par les leçons (donné) au mois de Ramadân. La lumière éblouissante concernant les Ahâdîthou al Qoudsiyyah. L’explication de ce que doit faire le pèlerin qui accompli le Hajj et de même pour le pèlerin qui accompli la ‘Oumra. Kitâbu ‘Aqîdatu Tawhîd (le livre de la foi et de l’unicité) et il est agrée par le ministère de l’enseignement. Fatâwâ et articles publier dans le magazine du prêche (Moujalat ad Da’wah). Des enseignements tiré du Coran Honorable (Dourôus minel Qour ânoul Karîm). Réponses bénéfiques à des questions concernent la voie à suivre. ET le Cheykh à encore d’autres livres qui vont être publié. Le Cheykh (Saleh al Fawzan) a eu un grand rôle dans l’orientation des jeunes leurs montrant la voie droite et il les a mit en garde les jeunes des déviations venant des innovateurs ou des égarées. Qu’Allah le récompense par la meilleur des récompenses et qu’il accepte ses œuvres et qu’il l’agrée par sa miséricorde. Que le salut soit sur notre prophète Mouhammad ainsi que sa famille et l’ensemble de ses compagnons. Écrit par Cheykh Jamâl bnou Farayhân al Hârithî qui est de ses étudiants (de Cheykh al Fawzan). Source : Tirée de son livre de la troisième édition Al ajwiba al moufîda ‘an as ilati al manâhaj al jadîdah Traduit par l’équipe assounnah.com

  • Français

    Traducteur, Correcteur, Auteur, Nombre de données : 481

Page : 20 - De : 1
Votre avis nous intéresse