• Auteur, Correcteur, Nombre de données : 3517

    Prêcheur syrien connu, résident en Arabie Saoudite, et auteur de livres bénéfiques dont quelques-uns ont été préfacés par d’émérites savants comme Cheikh Ibn Baz, Cheikh Ibn Jibrine, Cheikh Abdel-Aziz Âli-Cheikh et Cheikh Al-Fawzane. Il est aussi responsable du site islamqa exposant les fatwas des grands savants et de plusieurs professeurs d’universités et traduites en plusieurs langues. Qu’Allah le préserve !

  • Auteur, Traducteur, Correcteur, Nombre de données : 1565

    Biographie du cheikh Mouhammad ibn salih al ’Outhaymine -qu’allah lui accorde sa misericorde- • Son nom est abou ’Abdillâh Mouhammad ibn Sâlih ibn Mouhammad ibn ’Outhaymîne al Wahaybi at-Tamîmi. • Il naquit dans la ville de ‘Ounayza le 27 du mois béni de Ramadân de l’année 1347 H (~1926). • Il apprit de son grand-père maternel, le cheikh ‘Abdour-Rahmâne ibn Souleymân Âl-Dâmigh -qu’Allah lui accorde sa miséricorde, le Saint Coran et l’étudia avec lui. Ensuite, il entreprit l’acquisition de la science, apprit la calligraphie, les mathématiques et d’autres matières. • Cheikh ‘Abdour-Rahmâne as-Sa’di -qu’Allah lui accorde Sa miséricorde- désigna deux de ses étudiants à qui il confia l’éducation des enfants : le premier fut le cheikh ‘Ali as-Sâlihi et le second le cheikh Mouhammad ibn ‘Abdil’Azîz al Moutawoui’-qu’Allah leur accorde Sa miséricorde. Le cheikh Al-’Othaymîne étudia chez le second le résumé de al ‘Aqîdah al Wâssitiya du Cheikh ‘Abdour-Rahmâne as-Sa’di, et Minhaj as-Sâlikîne dans la Jurisprudence (Fiqh) du même cheikh et al Ajroumi yah et al Alfiya dans la langue arabe. • Il étudia chez cheikh ‘Abdour-Rahmâne ibn ‘Ali ibn ‘Aoudân la science de l’héritage et le Fiqh. • Il apprit de celui qui est considéré comme son premier professeur, cheikh ‘Abdour-Rahmâne ibn Nâçir as-Sa’di -qu’Allah lui fasse miséricorde- l’Unicité (At-Tawhid), l’exégèse du Coran (At-Tafsir), le Hadith, le Fiqh, les bases du Fiqh, la science de l’héritage, les sciences du Hadith, la syntaxe et la morphologie. • Il étudia, chez celui qui est considéré comme son deuxième professeur, le cheikh ‘Abdoul’Azîz ibn ‘Abdillah ibn Bâz -qu’Allah lui accorde sa miséricorde, le Sahîh al Boukhâry (recueil de hadiths authentiques) ainsi que quelques ouvrages du cheikh de l’Islam ibn Taymiya et quelques livres de Fiqh. • En 1371H (~1950), une chaire lui fut attribuée pour enseigner à la mosquée et lorsque les instituts scientifiques de Riyad ouvrirent leurs portes, en l’an 1372H, il s’y inscrivit. • Après deux années, il en fut diplômé et fut nommé professeur à l’institut scientifique de ‘Ounayza tout en continuant d’étudier par correspondance à la faculté de Charî’a (législation islamique) et d’apprendre la science auprès du cheikh ‘Abdour-Rahmâne as-Sa’di. • Lorsque son Cheikh ‘Abdour-Rahmâne as-Sa’di mourut -qu’Allah lui fasse miséricorde- on lui confia l’Imamat général de ‘Ounayza, ainsi que l’enseignement dans la Bibliothèque Nationale de la même ville. Ensuite, il enseigna à la faculté de Charî’a et Oussoul ad-Dîne dans l’une des annexes de l’Université Islamique Al-Imâm Mouhammad ibn Saoûd à Qassîm, tout en étant membre du comité des grands savants du Royaume d’Arabie Saoudite. Le cheikh consentit de grands efforts dans la prédication et dans les recommandations qu’il prodiguait aux prêcheurs de tous les horizons. • Et il est important de mentionner que son excellence le cheikh Mouhammad ibn Ibrâhîm -qu’Allah lui accorde sa miséricorde- le sollicita et insista pour qu’il prenne le poste de juge, mais le cheikh al ‘Outhaymîne -qu’Allah lui accorde sa miséricorde- refusa. • Il est l’auteur de plus de quarante ouvrages (livres et livrets). • Il est l’auteur de milliers de conférences et de cours religieux en Arabie et dans le Monde. Cheick Al ‘Outhaymîne dispensa des cours, pendant plus de 35 ans, dans la Mosquée sacrée Pendant plus de 35 ans, Cheikh Mouhammad ibn Sâlih al ‘Outhaymîne tint la responsabilité d’enseigner dans l’enceinte de la Mosquée Sacrée (le Haram) à La Mecque. Il avait une chaire permanente au deuxième étage de la Mosquée sacrée où beaucoup de gens écoutaient ses pertinents exposés notamment pendant le pèlerinage. Il dispensa des cours sur la Croyance (‘Aqîdah), le Fiqh, le Hadith et le Tafsir. Aussi, il commenta des ouvrages écrits par de grands savants tels qu’ibn Taymiya, ibn Qayim et bien d’autres. De la même façon, il dispensa des cours saisonniers pendant le Ramadân et la période du Pèlerinage (Hajj). Des dizaines de milliers de cassettes audio de ses conférences furent enregistrées et sont disponibles. Son dernier cours public fut délivré une nuit avant la célébration de ‘Aîd al Fitr (fin de Ramadân) dans l’enceinte de la Mosquée Sacrée. Les derniers jours de Cheikh al ‘Outhaymîne En dépit de son état de santé, il continua à dispenser ses cours habituels dans différentes villes jusqu’à la fin de sa vie. Cheikh al ‘Outhaymîne rendit l’âme à l’âge de 74 ans. Il était un modèle de piété, de droiture, d’honnêteté, d’engagement et de service désintéressé pour la cause d’Allah. Un grand nombre de musulmans (plus de 500 000 personnes) parmi lesquels des savants et des étudiants assistèrent à la prière funèbre (Salât Janâza) qui fut accomplie un jeudi après la prière du ’Asr, à la Mosquée Sacrée de La Mecque. La mort de ce grand savant survint le 15 Chawal 1421H (≈ début 2000). Nous demandons à Allah qu’Il le récompense et qu’Il lui accorde Sa miséricorde ainsi que Son Paradis. Amine !

  • Correcteur, Auteur, Traducteur, Nombre de données : 1562

    Doctorant kurde à l’Université islamique Imam Mohammed Ibn Saoud de Ryiad.

  • Auteur, Nombre de données : 1355

  • Traducteur, Correcteur, Auteur, Nombre de données : 1314

    Diplômé de l’Université de l’Imam Mouhammed Ibn Saoud à Ryadh et prédicateur indonésien. qu’Allah le préserve.

  • Correcteur, Traducteur, Nombre de données : 1220

  • Auteur, Nombre de données : 1200

    Auteur du livre "Résumé de la jurisprudence islamique"

  • Correcteur, Auteur, Traducteur, Nombre de données : 1167

  • Correcteur, Traducteur, Auteur, Récitateur, Nombre de données : 1131

  • N. Tamkiny Français

    Traducteur, Correcteur, Auteur, Nombre de données : 978

  • Auteur, Correcteur, Nombre de données : 963

    L’Imâm ‘Abdil ‘Azeez bin ‘Abdillah bin Baaz (1330-1420H) SON NOM ET ORIGINE Il était le noble et le savant exemplaire, ‘Abdul ‘Azeez bin ‘Abdillah bin ‘AbdirRahman bin Muhammad bin ‘Abdillah Aali Baz, Qu’ ALLAH lui accorde Sa miséricorde. Les Baz était une famille profondément ancrée dans la science, le commerce et l’agriculture. Ils étaient connus pour leurs valeurs et leurs caractères. Shaikh Sulayman bin Hamdann, Qu’ ALLAH lui accorde Sa miséricorde, écrit dans son livre sur la biographie des savants hanbalites : « Leur origine est de Médine, puis l’un de leurs ancêtres se déplaça à Dir’iyah ». SA NAISSANCE ET SA JEUNESSE Il est né à Riyadh, la capitale du Najd, le 12 de Dhul Hijjah en 1330 de l’hégire. C’est là qu’il passa son enfance, son adolescence et ses premières années de l’âge adulte. L’imam Ibn Baz grandit dans un environnement favorable à la science, puisque Riyadh à cette époque, comptait beaucoup de savants et d’imam. C’était également un lieu de sécurité et de paix depuis que le roi ‘Abdul ‘Aziz la reconquit et y établit la justice basée sur les lois de l’Islam. Ceci eut lieu après que Riyadh eut été un endroit de désordre incessant et d’instabilité. L’Imam Ibn Baz débuta par l’apprentissage du Coran comme à l’habitude des salafs qui mémorisaient le Qur’an avant d’aborder les autres sciences. Il apprit donc le Qur’an par cœur et ce avant l’âge de la puberté. Puis il étudia auprès des savants de sa région. IL est très important de noter que sa mère, Qu’Allah lui accorde Sa miséricorde, à joué un grand rôle dans son cheminement vers la science, puisqu’elle était celle qui l’encourageait constamment et le poussait à acquérir la science, comme il le précise vers la fin de l’une de ses conférences « Mon voyage avec les écrivains » , dans laquelle il évoque des moments de sa vie. L’ Imam Ibn Baz possédait encore la vue pendant la première partie de sa vie. Mais par la sagesse infinie d’ALLAH, Sa volonté fut que la vue de l’Imam s’affaiblit en raison d’une maladie de l’œil en 1346 de l’Hégire, ce qui entraîna la perte totale de sa vue en l’an 1350H, et ce peu de temps avant avoir atteint l’âge de 20 ans. Cependant cela ne l’empêcha pas de persévérer et de s’appliquer dans la recherche de la science, qu’il poursuivit et dans laquelle il excella. De manière assez surprenante, sa cécité fut pour l’Imam Ibn Baz un vecteur de bienfaits, puisqu’il fut capable d’en tirer plusieurs avantages au nombre desquels nous pouvons en citer au moins quatre : 1. La récompense d’ALLAH L’ Imaam AL bukhari à rapporté dans son sahih, un hadith qudsi : D’ après ‘Amr l’affranchi d’al Muttalib, qui se réfère à Anas ben Malik, le Messager d’ ALLAH dit : « ALLAH a dit : « Lorsque J’éprouve un de Mes serviteurs par la perte de ses deux choses qu’il aime et qu’il se résigne, Je lui donnerai en échange le Paradis. » Anas : Le Prophète parle des deux yeux. N° 5653 2. Une bonne mémorisation L’Imam Ibn Baz était le Hafidh (mémorisateur) de cette époque quant à la science du Hadith. Si on le questionnait sur un hadith qui se trouve dans les 6 Recueils de Hadiths ou d’autres recueils comme le Musnad de l’Imam Ahmad, on se rendait compte qu’il connaissait parfaitement les chaînes de transmission du hadith mot pour mot, les dires du savant sur le hadith, les narrateurs et son explication. 3. Absence d’intérêt pour les biens matériels L’Imam Ibn Baz délaissait les plaisirs de ce bas monde, adoptant un mode vie plein d’humilité et faisant abstraction des biens matériels. 4. Une grande détermination La perte de la vue a rendu l’Imam Ibn Baz plus déterminé et persévérant dans sa recherche d’acquisition de la science au point de devenir l’un des plus grands savants, connu à travers le monde entier. En effet ALLAH lui remplaça la lumière de ses yeux par la lumière du cœur, l’amour pour la science et l’attachement à la Sunnah du Prophète. SES PROFESSEURS Après avoir mémorisé le Quran, l’Imam Ibn Baz, Qu’ALLAH lui accorde Sa miséricorde, il étudia les autres sciences islamiques auprès de plusieurs savants de Riyadh, dont les plus éminents furent : • Shaikh Muhammad bin ‘Abdil Latif Aali Sheikh, l’arrière- arrière petit fils de l’imaam Muhammad bin ‘Abdil Wahab • Shaikh Salih bin ‘Abdil ‘Aziz Aali Sheikh, l’arrière-arrière petit fils de l’imaam Muhammad bin ‘Abdil Wahab et Principale Juge de Riyadh • Shaikh Sa’ad bin Hamad Al ‘Atiq, Juge de Riyadh • Shaikh Hamad bin Farris Vice président de la Trésorerie de Riyadh • Shaikh Sa’ad Waqqas Al Bukhari, faisant partie des savants de Mekka auprès de qui il appris la science du tajwid depuis 1355 de l’hégire. • Shaikh Muhammad bin Ibrahim Ibn Aali Sheikh, ancien Mufti du Royaume d’Arabie Saoudite. Il assista à ses cercles d’études pendant près de 10 ans, étudiant à ses côtés toutes les sciences islamiques, entre l’année 1347 et l’année 1357 de l’hégire. Ce fut à cette époque que son professeur le nomma juge. SON PARCOURS Lorsque l’Imam Ibn Baz fut choisi pour devenir Juge de la région de Kharj, il accepta à contrecœur étant donné qu’il n’éprouvait aucune prédisposition pour ce type de poste, qu’il occupa malgré tout suite aux encouragements de son professeur Shaikh Muhammad bin Ibrahim Aali Shaikh, et sur ordre du Roi ‘Abdul ‘Aziz. Il arriva à Dilam, capitale de la région de Kharj à l’époque, où il fut accueilli chaleureusement. Dès son arrivée, il se rendit à la mosquée Centrale et pria 2 rak’at, conformément à la sunna. Puis il se reposa en présence de celui qui était l’émir de Dilam à l’époque, Nasir bin Sulayman al Huqbanni. Peu après, la foule se rassembla autour de lui et il leur administra un prêche d’une grande intensité. Il leur dit entre autre qu’il n’avait pas désiré ce poste mais que c’était un ordre et qu’il se devait d’obéir au gouverneur. Dès ses débuts en tant que juge, ALLAH apporta davantage de bien par son biais et il jugeait avec justice et bonté. Il servira à ce poste durant un peu plus de 14 ans. Pendant cette période, la région de Kharj se transforma en un espace de bien et de justice. L’Imam Ibn Baz attribuera ce résultat aux cœurs bons des gens et de leur estime pour la vertu et la justice. Les tribunaux se trouvant à Ad-Dilam, il y élit résidence dans la demeure offerte par l’Imam ‘Abdullah bin Faysal bin Turki. L’Imam Ibn Baz était connu à travers le monde musulman pour ses verdicts religieux ( fatwas ) et ses livres bénéfiques. Il présidait plusieurs comités de séminaires d’enseignement en Arabie Saoudite, et donnait des cours par téléphone aux musulmans vivant à l’extérieur du Royaume. Il répondait aussi aux questions des gens à la radio et pendant les périodes bénies du Hajj et du Ramadan . Ses paroles furent également diffusées dans les journaux, magazines et articles musulmans à travers le monde. Bien qu’occupé dans son rôle de propagation de la da’wah et de l’instruction, il prenait également le temps pour se consacrer à l’écriture de livres et de traités sur des questions importantes, que les musulmans se devaient de connaître. Ses travaux les plus connus sont : - L’ obligation de suivre la Sunnah (sur le site islamhouse) - L’attaque idéologique - La vie et l’appel de l’Imam Muhammad bin ‘Abdil Wahhab - 3 traités sur la prière - La croyance correcte et ce qui l’oppose (sur le site islamhouse) - Leçons importantes pour toute la communauté (sur le site islamhouse) - Critique du nationalisme arabe - 2 épîtres sur le Jeûne et la Zakat (sur le site islamhouse) - Règles concernant les images - Règles concernant la célébration de l’anniversaire du Prophète - Mise en garde contre les innovations (sur le site islamhouse) Il existe également beaucoup d’autres livres, qui peuvent être lus ou imprimés sur le site web officiel de l’imam : www.binbaz.org.sa. Cela s’ajoute aux nombreuses fatawas, qui ont été rassemblées, compilées, publiées, réparties dans de nombreux volumes. SON ENSEIGNEMENT ET SES ACTIVITÉS RELIGIEUSES 1) Il travailla comme juge dans la région de Kharj en Arabie Saoudite pendant 14 ans de 1357 à 1371. 2) Il enseigna à l’institut d’enseignement de Riyadh en 1372H, et à l’établissement de Shari’ah dès sa création, enseignant notamment le Fiqh , Tawhid et les Hadiths . Il occupa ce poste durant 9 ans jusqu’en 1380H. 3) En 1381H, il fut nommé Vice-Recteur de l’Université Islamique de Médine, occupant cette fonction jusqu’en 1390H. 4) C’est alors qu’il fut nommé comme recteur de l’université islamique de Médine en 1390H, suite au décès de l’ancien recteur Shaikh Muhammad Ibn Ibrahim Aali Shiekh au mois de Ramadan 1389H. Il resta à ce poste jusqu‘en 1395H. 5) Le 10.14.1395, le roi ordonna que l’imam Ibn Baz soit nommé comme chef du conseil pour la recherche islamique, les fatwas, la da’wah et les conseils. Il se maintint à ce poste jusqu’en 1414H. 6) Le 1/20/1414 le roi nomma l’imam Ibn Baz comme grand Mufti du royaume d’Arabie Saoudite. Il occupa ce poste en même temps que celui de chef du comité de la recherche islamique et des fatwas. Il occupa également les postes suivants : 1) Chef du comité permanent pour la Recherche islamique et des fatwas 2) Président et membre du Comité de création de la Ligue Musulmane Mondiale. 3) Président du Haut Conseil de La Ligue Mondiale 4) Président du Conseil Suprême Mondiale des Mosquées 5) Président de l’Assemblée Islamique de Fiqh à Médine 6) Membre du Haut conseil à l’Université Islamique de Médine 7) Membre du Comité Suprême pour la Propagation de l’Islam Ses étudiants L’imaam Ibn Baaz, qu’ALLAH lui accorde Sa miséricorde, eut de nombreux étudiants qui assistaient à ses cours et à ses cercles d’études. Les plus illustres d’entre eux furent : - Muhammad Bin Salih Al Uthaimine, ancien membre du Conseil des Grands Savants, qu’ALLAH lui accorde Sa miséricorde. - ‘Abdullah bin Hamad Al Qu’oud, membre actuel du comité permanent pour la Recherche Islamique et de la Fatwa et du Conseil des Grands Savants - ‘Abdul Muhsin al ‘Abbad, ancien Recteur et Vice Recteur de l’Université Islamique de Médine. -Abdel-Aziz Ali-Cheikh, Mufti actuel du Royaume d’Arabie Saoudite. - Salih Bin Fawzan Al Fawzan, membre régulier du Comité Permanent pour la Recherche Islamique et de la Fatwa et également du Conseil des Grands Savants - Abderrahman Ibn Jibrine. Ancien membre régulier du Comité Permanent pour la Recherche Islamique et de la Fatwa et également du Conseil des Grands Savants. - Abdul ‘aziz bin ‘Abdillah Ar Rajihee, professeur émérite à l’université islamique de l’imam Mohammed Ibn Saoud et membre du conseil d’administration du bureau de prêche de rabwah dont le site islamhouse appartient. Ses caractéristiques physiques et son apparence Le shaikh, qu’ALLAH lui accorde Sa miséricorde, était de corpulence et de taille moyenne. Son visage était rond et son teint hâlé. Il avait un nez en courbe, et une barbe qui était courte sur les côtés mais épaisse sous le menton. Si à l’origine sa barbe était noire, quand des poils blancs apparurent il la teinta avec du henné comme le veut la sunna du prophète. Il ressemblait par cela à beaucoup de ses prédécesseurs. D’apparence agréable, il portait toujours des habits blancs et avait d’amples vêtements, et des pantalons qui tombaient à la moitié de son tibia. Son humilité et sa piété Connaissant sa propre valeur, l’imam se montrait très humble envers ALLAH. C’est pourquoi il traitait les gens de la meilleure des manières, faisant preuve de gentillesse et de clémence. Il n’offensait jamais personne et ne se montrait jamais arrogant. Il ne voulait pas donner une fausse impression de supériorité ni ne se levait pour partir quand il était en compagnie de pauvres et de nécessiteux, et ne s’abstenait pas de marcher avec eux et de les fréquenter. Il ne se privait jamais d’écouter les conseils de ceux qui étaient moins reconnus que lui. Une autre preuve de son humilité était qu’il acceptait les invitations de ses étudiants et de ses amis proches à l’occasion de leurs mariages. Il arrivait très tôt et demandait à l’un des frères présents de réciter des verset du Qur’an qu’il expliquait à chaque invité. Sa mort L’Imam Ibn Baz mourut un jeudi, le 27 du mois de Muharram, 1420 de l’hégire (13/05/1999) suite à un arrêt du cœur. Il avait 89 ans. Des millions de personnes à travers le Royaume d’Arabie Saoudite se rassemblèrent pour assister à la prière funéraire et il fut enterré dans le cimetière de Adl à Makkah. Les musulmans à travers le monde pleurèrent sa mort, et ce seulement quelque mois après que le monde musulman perdit un autre grand savant, l’Imam Al Albani, qu’ALLAH leur accorde sa miséricorde. Post-Scriptum : SOURCE : BinBaz.Org.Sa [abrégé et ajouts par Al-Ibaanah.com et islamhouse] Traduit par l’équipe de sounna.com

  • Safi Outhmane Français

    Traducteur, Correcteur, Auteur, Nombre de données : 900

    Prédicateur thailandais, diplômé de l’université islamique de Médine et prépare un magistère à l’Université de Ryadh. qu’Allah le préserve.

  • Correcteur, Traducteur, Auteur, Nombre de données : 831

  • Plusieurs auteurs Français

    Auteur, Traducteur, Correcteur, Nombre de données : 742

  • Ali Al-Hindi Français

    Auteur, Nombre de données : 737

  • Ali Rida Chahine Français

    Correcteur, Auteur, Nombre de données : 711

  • Abu Bakr Zakaria Français

    Correcteur, Auteur, Traducteur, Nombre de données : 636

  • Auteur, Sources, Correcteur, Nombre de données : 594

  • Correcteur, Traducteur, Auteur, Nombre de données : 589

  • Auteur, Correcteur, Traducteur, Nombre de données : 552

    Traducteur vietnamien. Etudiant à l’université de Médine.

Page : 107 - De : 1
Votre avis nous intéresse