Description résumée

Dans cet article, Khaled Al-Jeraissy, l’auteur du livre « Les mérites de la polygamie », s’intéresse d’abord aux différentes catégories de gens qui s’opposent à la polygamie, puis mentionne leurs arguments en y répondant point par point par une analyse minutieuse et complète des textes très enrichissante.

Détails

Au nom d’Allah, l’Infiniment Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Les présomptions des opposants à la polygamie

et leur réfutation détaillée

Tiré du livre de Khaled Al-Jeraissy « Les Mérites de la Polygamie »

Sommaire

- Les catégories des opposants à la polygamie.

- Les présomptions des opposants à la polygamie.

Première présomption

Deuxième présomption

Troisième présomption

Quatrième présomption

Cinquième présomption

I- Les catégories des opposants à la polygamie[1]

Il n’est d’époque ni de lieu dénué d’attaques contre l’Islam, qu’elles viennent du front des ennemis de l’Islam ou bien de ceux qui prétendent appartenir à l’Islam ou encore de ceux qui ont été trompés parmi nos congénères [arabes][2]. Ceux qui s’opposent à la polygamie peuvent être classés selon les catégories suivantes :

1- Ou bien des personnes ennemies à l’Islam et vindicatives à son égard, réalisant les machinations de ses ennemis et les aidant dans leur mauvaise entreprise, car ils savent que par le biais de la polygamie, le nombre des musulmans augmente. Or [ces individus] sont à l’affût des musulmans et souhaitent leur affaiblissement, tels certains pays qui ont appelé les musulmans à se suffire d’une seule épouse alors que dans le même temps les chrétiens appellent à l’augmentation de leur natalité et au mariage précoce, comme cela s’est produit en Egypte, par exemple, où le pourcentage des chrétiens est en augmentation constante, au point où pourrait poindre le jour où leur proportion pourrait les rendre majoritaires ; ils espèrent en effet en faire une seconde Andalousie – qu’Allah soit notre soutien – alors qu’il est évident pour nous qu’en plus de cette campagne, il en existe une autre appelant à la limitation de la natalité et de la descendance chez les musulmans.

2- Ou bien des personnes ignorant l’Islam et qui ont entendu les gens dire quelque chose et l’ont répétée comme des perroquets – et combien sont les ignorants et les demi-lettrés à notre époque ! Il est possible que la plupart d’entre eux soient imprégnés de la culture occidentale, qu’ils aient tout étudié sauf l’Islam et aient connu toutes les sciences sauf celles de leur religion. Pour notre part, nous les appelons à connaître, rechercher, réfléchir et mettre ces questions à l’épreuve du Livre d’Allah et de la tradition de Son Messager – que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur lui – et qu’ils ne se constituent pas en porte-voix de leur ennemi ni en propagateurs de sa rancœur cachée contre l’Islam. Allah – exalté soit-Il –dit : « Ni les Juifs ni les Chrétiens ne seront jamais satisfaits de toi, jusqu’à ce que tu suives leur religion ».[3]

3- Ou encore des personnes à propos desquelles on ne peut dire que du bien, mais qui ont été touchées par une faiblesse de la personnalité musulmane et par l’amour de l’Occident, alors que l’Islam est à leurs yeux dans le box des accusés. Ces gens ont peur qu’on les qualifie, eux ou leur religion (l’Islam), de réactionnaires, et ceci, car ils n’ont pas une personnalité de vrais musulmans. J’ai d’ailleurs peur pour eux qu’ils adoptent des idées de la jâhiliyah (l’époque antéislamique caractérisée par l’ignorance), à mi-chemin [entre leur religion et ces dernières], en raison de leur tendance aux concessions concernant leur religion, prétextant qu’il est ainsi plus facile d’appeler [les gens] à l’Islam, et que le fait de présenter la religion dans une telle forme défigurée – c’est du moins ainsi qu’ils le considèrent – (c’est-à-dire présenter la religion sous sa forme réelle) risque d’écarter ceux qu’on y appelle ; et cela – par Allah – est une erreur grave et un mal alarmant.

4- Ou bien encore une épouse habitée par le désir de garder pour elle seule son mari et de s’en emparer totalement, [une épouse] qui n’aime pas le partager par égoïsme, au point d’oublier ses sœurs du même sexe qui souffrent de la solitude, de la tristesse et de la misère. Elle a également oublié le devoir de compassion, de miséricorde et d’affection à l’égard des femmes célibataires qui sont en détresse, et que, si elle était à la place de sa sœur musulmane privée du nid marital, elle souhaiterait être la troisième ou la quatrième [épouse] pour un même mari.[4]

L’on pourrait murmurer à l’oreille de ces opposants de la polygamie que les savants musulmans sont unanimes sur le fait que toute opposition ou toute répugnance à quelque chose prescrite dans le Livre d’Allah – exalté soit-Il – conduit le musulman à l’apostasie et le fait sortir du cercle de l’Islam. Il en est de même pour tout musulman qui renie un fait avéré [de la tradition du Prophète – que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur lui] rapporté par de nombreuses voies et nécessairement connu de tous. Il s’ensuit donc que ceux qui renient la polygamie ou en ont de la répulsion ou y voient une injustice et une oppression de la femme sont considérés comme des mécréants et des apostats ayant quitté leur religion. C’est pourquoi je préviens ces fraudeurs, comme je préviens ceux qui déforment la question de la polygamie en propageant ses inconvénients sans mentionner ses avantages, qui nourrissent la peur des gens et mettent la société en garde contre la polygamie dans les pays musulmans ; et je crains que la parole de d’Allah – exalté soit-Il – ne s’applique à eux : « Certes, si les hypocrites, ceux dont le cœur est malade, et les alarmistes [semeurs de troubles] à Médine ne cessent pas, Nous t’enverrons contre eux, et alors, ils n’y resteront que peu de temps en ton voisinage. Ils sont maudits. Où qu’on les trouve, ils seront pris et exécutés sans répit : telle était la loi établie par Allah envers ceux qui ont précédé et tu ne trouveras pas de changement dans la loi d’Allah ».[5],[6]

Qu’Allah nous préserve tous de l’hypocrisie et des hypocrites.

Vous pouvez lire la suite en téléchargeant l’article en entier en pièces jointes...

Ramadan 1429 (Septembre 2008)

Revu pour islamhouse par :

Gilles KERVENN

Publié par le bureau de prêche de Rabwah (Riyadh)

www.islamhouse.com

L’islam à la portée de tous !


[1] Voir : Présomptions sur le chemin de la femme musulmane, Abdullah Al-Jilâlî, p. 17.

[2] Littéralement dans le texte en arabe : « parmi les fils de notre peau », qui est une expression analogue à celle que le Prophète a utilisée dans le hadith célèbre suivant : Hudhayfa ibn Al-Yamân (qu’Allah soit satisfait de lui) a dit : « Tandis que tout le monde interrogeait l’Envoyé d’Allah r sur le bien, moi, je l’interrogeais sur le mal par crainte d’en être atteint. - O Envoyé d’Allah, lui dis-je, nous étions dans l’ignorance et dans le mal; quand Allah nous a envoyés ce bien (c.-à-d. l’Islam). Est-ce que, après ce bien, le mal viendra-t-il de nouveau ? - Oui, répondit-il. - Et, repris-je, après ce mal, il y aura-t-il du bien ? - Oui, mais il ne sera jamais pur. - Qui le troublera ? - Des gens qui suivront une autre sounna (tradition) que la mienne et qui guideront vers une autre voie que ma bonne voie et dont tantôt vous approuverez les actes, et tantôt vous les désapprouverez. - Et après ce bien, y aura-t-il encore du mal ? - Oui, il y aura des hérauts aux portes de l’Enfer, qui appelleront à eux les gens et qui précipiteront dans l’Enfer ceux qui répondront à leur appel. - O Envoyé d’Allah, lui dis-je, décris-nous ces hérauts. - Ils seront de notre race (littéralement « de notre peau ») et parleront notre langue (c’est-à-dire que ce seront des arabes d’origine musulmane). - Que m’ordonnes-tu de faire si j’assiste à cela ? - Tu devras suivre la communauté des musulmans et leur leader. - Mais si les musulmans n’ont alors ni communauté, ni leader ? - Ecarte-toi de toutes ces sectes, devrais-tu pour cela ne manger que les racines d’un arbre et rester ainsi jusqu’à ce que la mort t’advienne. » Hadith no3434 dans le Sahîh de Muslim. (note du correcteur)

[3] Sourate 2 La vache (Al-Baqarah), verset 120.

[4] La polygamie, Ibrahim Al-Dubaycî, Riyadh, 2e éd., 1419 H, pp. 28-29, citation libre.

[5] Sourate 33 Les coalisés (Al-Ahzâb), versets 60-62.

[6] Voir : Présomptions sur le chemin de la femme musulmane, Abdullah ibn Hamad Al-Jilâlî, p. 17 avec adaptation.


Votre avis nous intéresse