Description résumée

Allah nous a honorés par l’envoi du prophète et nous a illuminés par le rayonnement du soleil de son message, Il dit à ce propos : Allah a très certainement fait une faveur aux croyants lorsqu’Il a envoyé chez eux un messager de parmi eux-mêmes, qui leur récite ses versets, les purifie et leur enseigne le Livre et la Sagesse, bien qu’ils fussent auparavant dans un égarement évident. Et certes, le messager d’Allah a de nombreux droits sur nous, il convient qu’on les honore et les préserve, et que l’on veille à ne pas les délaisser ou les négliger. Voici la seconde partie de quelques-uns de ces droits.

Détails

Au nom d’Allah,

L’infiniment Miséricordieux, le très Miséricordieux

Quelques droits du messager d’Allah 2/2


Nous poursuivons l’énumération des droits du Prophète (sur lui la paix) sur sa communauté.

Cinquièmement : propager son message (sur lui la paix)

Fait certes partie de la loyauté envers le messager d’Allah (sur lui la paix), le fait que l’on propage l’Islam et que l’on transmette son appel dans toutes les régions de la planète, car il a certes dit (sur lui la paix) : « Transmettez de moi, ne serait-ce qu’un verset »[1]. Il a également dit : « Certes, qu’Allah guide par ton biais un seul homme est meilleur pour toi que de posséder des chamelles rousses »[2]. Et il a informé qu’il serait « Celui dont la communauté sera la plus nombreuse le jour du jugement »[3]. Ainsi, parmi les causes qui amèneront à ce que la communauté soit importante le jour du jugement, le fait qu’elle fasse des efforts dans l’appel à la religion, le fait que les gens se convertissent à l’islam. Allah a explicité le fait que la prédication est la fonction des prophètes et de ceux qui les suivent, dans Sa parole : (Dis : « Voici ma voie, j’appelle les gens [à la religion] d’Allah, moi et ceux qui me suivent)[4].

Il convient donc que la communauté s’attelle à ses responsabilités pour lesquelles Allah l’a faite venir : la prédication, la transmission, le commandement du convenable et l’interdiction du blâmable, comme l’a dit Allah : (Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes : vous ordonnez le convenable et interdisez le blâmable et croyez à Allah )[5]

Sixièmement : le respecter (sur lui la paix), qu’il soit vivant ou mort

Le respecter fait partie également de ses droits envers nous, même si beaucoup l’ont négligé. Allah a dit : (Nous t’avons envoyé en tant que témoin, annonciateur de la bonne nouvelle et avertisseur, pour que vous croyiez en Allah et en Son messager, que vous l’honoriez, reconnaissiez sa dignité, et Le glorifiez soir et matin)[6]. Ibn Sa’di a dit : « pour que vous honoriez le messager et que vous reconnaissiez sa dignité, ce qui signifie : louez-le et magnifiez-le, que vous respectiez ses droits, en réponse à son énorme bienfait [envers vous] lorsqu’il vous a libérés de vos jougs ».

Et certes, les compagnons du prophète (sur lui la paix) l’honoraient, le respectaient et le tenaient en estime de la meilleure des manières. Lorsqu’il prenait la parole, ils restaient fascinés à tel point que des oiseaux pouvaient se tenir perchés sur leurs têtes. Et lorsque Sa parole descendit : (Ô vous qui avez cru ! N’élevez pas la voix au-dessus de la voix du Prophète, et ne haussez pas le ton en lui parlant, comme vous le haussez les uns avec les autres, sinon vos œuvres deviendraient vaines sans que vous vous en rendiez compte)[7], Abu Bakr qu'Allah l'agrée dit : « Par Allah ! Après ce verset révélé, je ne te parlerai désormais que comme un confident ».

Quant à son respect après sa mort, cela consiste à suivre sa tradition, à prendre ses ordres en haute considération, à accepter son jugement, à respecter les bonnes manières lorsque l’on évoque sa parole et à ne pas diverger de lui préférant un autre avis ou une autre doctrine. Ach-Chafi’i a dit : « La communauté est unanime sur le fait que celui dont lui apparait, de manière claire, une tradition du messager d’Allah, il ne lui est pas autorisé de la délaisser pour la parole de quiconque ».

Septièmement : prier sur lui (sur lui la paix) chaque fois que son nom est évoqué.

Allah a ordonné aux croyants de prier sur lui dans sa parole : (Certes, Allah et Ses anges prient sur le prophète ; Ô vous qui croyez priez sur lui et adressez [lui] vos salutations)[8].

Le Prophète (sur lui la paix) a dit : « Qu’il soit humilié, celui auprès de qui mon nom est évoqué et ne prie pas sur moi »[9].

Et il (sur lui la paix) a dit : « Certes les gens les plus dignes de moi le jour du jugement sont ceux qui prient le plus sur moi »[10].

Et il (sur lui la paix) a dit : « L’avare, c’est celui qui, quand je suis évoqué auprès de lui, ne prie pas sur moi »[11].

Ainsi, le fait que le croyant entende parler du messager d’Allah (sur lui la paix) et se prive de prier sur lui par avarice fait partie de l’impolitesse. L’Imam Ibn Al-Qayyim, qu’Allah lui fasse miséricorde, a rappelé les nombreux bénéfices de la prière et du Salut sur le prophète (sur lui la paix) dans son livre : « La clairvoyante compréhension de la prière et de la salutation sur le meilleur des parangons ». Veuillez vous reporter à ce livre.

Huitièmement : se ranger du côté de ses alliés et détester ses ennemis.

Allah a dit : (Tu n’en trouveras pas, parmi les gens qui croient en Allah et au jour dernier, qui prennent pour amis ceux qui s’opposent à Allah et à Son messager, fussent-ils leurs pères, leurs fils, leurs frères ou les gens de leur tribu. Il a prescrit la foi dans leurs cœurs et Il les a aidés de Son secours).

Parmi le fait de se ranger du coté de ses alliés : prendre les compagnons pour alliés et les aimer, la bonté envers eux, la reconnaissance de leurs droits envers nous, le fait de les couvrir d’éloges, de les imiter, de demander pardon à Allah pour eux, et d’éviter de parler sur ce qui a pu se produire entre eux, ainsi que prendre pour ennemis ceux qui les haïssent, les insultent ou diffament quiconque d’entre eux. Fait partie aussi de cela l’amour pour les membres de sa famille en les prenant pour alliés et les défendant, sans exagérer à leur propos.

On compte parmi cela également, le fait d’aimer les savants de la Sunna[12] et de se ranger de leur côté, sans chercher à les dévaloriser ou se préoccuper de leurs erreurs (ou les déshonorer).

D’un autre côté, cela implique d’exécrer ses ennemis, parmi les mécréants, les hypocrites ou d’autres dont font partie les innovateurs et les égarés. On retrouve une illustration de cela dans l’histoire de l’homme qui suivait ses passions et qui est venu à la rencontre de l’imam As-Sakhtiany et lui dit : « Puis-je t’interroger sur le sens d’un mot ? » Il s’éloigna de lui en refusant de son index et lui dit : « Même pas la moitié d’un mot », et ce, par respect profond pour la tradition du prophète (sur lui la paix) et par aversion envers ses ennemis.

 

Publié par

Le bureau de prêche de Rabwah (Riyadh)

www.islamhouse.com

L’islam à la portée de tous !



[1] Rapporté par Al Boukhary.

[2] Rapporté par Al Boukhary et Mouslim.

[3] Rapporté par Ahmed et les auteurs des sunans.

[4] Sourate Joseph, V.108.

[5] Sourate La famille de Imran, V.110.

[6] Sourate La victoire, V.8-9.

[7] Sourate Les appartements, V.2.

[8] Sourate Les coalisés, V.56.

[9] Rapporté par Mouslim.

[10] Rapporté par At-Tirmidhi ey jugé bon par Al-Albany.

[11] Rapporté par Ahmed et At-Tirmidhy et jugé authentique par Al-Albany.

[12] La tradition du prophète

Votre avis nous intéresse