Recommandations du Congrés : « le terrorisme entre l’extrémisme de la pensée et la pensée extrémiste »

Description résumée

Partant des principes de notre religion de droiture, l’Islam, et exécutant les directives du Roi Abdallah ben Abdelaziz, serviteur des deux lieux Saints, ainsi, que le prince héritier et son délégué, sur l’opposition des courants égarés, et concrétisant les projets de l’université Islamique (de Médine) et son auguste lettre universelle, avec le précieux accord du Roi Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud, serviteur des deux lieux Saints - qu’Allah le protège et l’assiste -, avec la généreuse assistance de Sa Majesté le prince Nayef ben Abdelaziz Al Saoud, Second délégué du président du conseil des ministres et ministre de l’Intérieur, l’université Islamique à l’honore d’organiser son Congrès international intitulé : « LE TERRORISME ENTRE L’EXTREMISME DE LA PENSEE ET LA PENSEE EXTREMISTE. » Qui s’est déroulé pendant la période du 12-15/04/1431 (de l’hégire) correspondant au 28-31/03/2010.

Download
Envoyer un commentaire de cette page au superviseur

Détails

    Au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux

    Recommandations du Congrès dont le thème est :

    « le terrorisme entre l’extrémisme de la pensée et la pensée extrémiste »

    توصيات مؤتمر الإرهاب بين تطرف الفكر وفكر التطرف

    L

    ouange à Allah qui par Son bienfait s’accomplissent les bonnes actions et que la prière et la paix soient sur notre Prophète Mohammed, le prophète de la miséricorde, ainsi que sa famille et l’ensemble de ses compagnons.

    Ensuite, partant des principes de notre religion de droiture, l’Islam, et exécutant les directives du Roi Abdallah ben Abdelaziz, serviteur des deux lieux Saints, ainsi, que le prince héritier et son délégué, sur l’opposition des courants égarés, et concrétisant les projets de l’université Islamique (de Médine) et son auguste lettre universelle, avec le précieux accord du Roi Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud, serviteur des deux lieux Saints - qu’Allah le protège et l’assiste -, avec la généreuse assistance de Sa Majesté le prince Nayef ben Abdelaziz Al Saoud, Second délégué du président du conseil des ministres et ministre de l’Intérieur, l’université Islamique à l’honore d’organiser son Congrès international intitulé :

    « Le terrorisme entre l’extrémisme de la pensée et la pensée extrémiste. »

    Qui s’est déroulé pendant la période du 12-15/04/1431 (de l’hégire) correspondant au 28-31/03/2010

    Les objectifs du Congrès :

    1. Mettre en évidence le juste-milieu de l’Islam et sa modération, ainsi que, sa tolérance envers les autres, mais aussi clarifier l’erreur faite en lui attribuant le terrorisme à cause de la déviation de certaines personnes qui s’y affilient.

    2. Montrer que le terrorisme est le crime de cette époque, qu’il n’a pas de religion ni de patrie, et affirmer le désaveu de l’Islam de celui-ci dans la pensée et la conduite.

    3. Remédier intelligemment au déracinement, à l’anéantissement, et au dessèchement des sources du terrorisme jusqu’à ce qu’il converge et accompagne la lutte pour la paix.

    4. Raviver l’esprit de paix au sein des sociétés musulmanes en activant l’esprit de tolérance, et inculquant les valeurs de compréhension mutuelle, et propageant la politesse de la divergence et la culture du dialogue.

    5. Éclairer sur les causes, les sources, les dangers, les modalités d’opposition, de l’extrémisme et du terrorisme.

    6. Informer des règles Islamiques relatives à l’excommunication (takfir), au Jihad, à l’allégeance et au désaveu.

    Les grandes lignes du Congrès :

    Afin de concrétiser ces objectifs, le Congrès a traité le sujet sous quatre lignes directives :

    · La première : les symptômes de l’extrémisme (les causes de sa formation et son alimentation).

    · La deuxième : les sources de la pensée extrémiste.

    · La troisième : les dangers du terrorisme et ses effets.

    · La quatrième : le traitement des symptômes de l’extrémisme et du terrorisme.

    Le Congrès a remporté un grand succès et une attention particulière auprès des savants, des penseurs et des chercheurs spécialistes. En effet, il a été présenté au Congrès plus de cinq cents recherches et feuilles de travail dont quatre-vingt-trois ont été sélectionnées après décision. Les recherches sélectionnées traitent des grandes lignes du Congrès, et elles ont été présentées lors des douze sessions scientifiques, où elles ont fait l’objet de discussions et d’intervention.

    Le Congrès a émis et produit les recommandations suivantes :

    1) Il incite tous les foyers musulmans à respecter les points suivants :

    a. Former les enfants au dialogue et à l’acceptation de l’autre.

    b. Prévenir (les enfants) des mauvaises fréquentations, et encourager à s’entourer des meilleures, d’avoir un comportement Islamique exemplaire, et de suivre de bons modèles.

    c. Prévenir et protéger (les enfants) des dangers des chaînes satellites sournoises, et des sites internet impudiques, tendancieux et extrémistes.

    d. Sensibiliser les parents du danger de critiquer la société, alors que l’on n’est pas un responsable de celle-ci, devant les enfants.

    e. Et dans ce contexte, le Congrès recommande que l’État honore et soutienne chaque famille qui participe activement à retenir leurs enfants de s’engager dans les rangs des groupes extrémistes, ou qui participe au retour de leurs fils dans la voie de la vérité, l’intégrité et la loyauté envers la patrie.

    2) Le Congrès incite les minorités musulmanes dans les pays non-musulmans à encourager leur enfant à la modération dans la compréhension de l’Islam, au dialogue et au respect de l’autre, de tenir compte des institutions du pays d’accueil. De même, il recommande aux gouvernements de ces pays de respecter les droits des musulmans et les considérer comme le reste de la société à titre égal. À cet égard, le Congrès recommande à chaque minorité d’unir leurs efforts en priorité pour des questions islamiques cruciales.

    3) Le Congrès recommande aux jeunes musulmans de se cramponner au juste milieu de l’Islam, sa modération et sa tolérance envers l’autre. Aussi, il leur recommande de se grouper autour des dirigeants de leur pays et de ne pas s’écarter du groupe. De plus, il les incite à prendre leur religion des savants de confiance, spécialisés et connus pour leur modération, et à rejeter les mauvaises interprétations dans les affaires de takfir, de Jihad, d’allégeance et de désaveu. Dans ce contexte, le Congrès recommande aux jeunes musulmans d’intensifier l’appel à l’Islam sur les sites internet et la défense de l’islam, après l’acquisition des connaissances islamiques correctes, et la maîtrise du dialogue avec les autres, en montrant la tolérance de l’Islam et son juste milieu.

    4) Le Congrès invite les groupes extrémistes s’affiliant à l’Islam à :

    a. Craindre Allah à l’égard de l’Islam et des musulmans et de réfléchir sérieusement et consciemment aux calamités et aux drames que leurs mains font subir à l’Islam et aux musulmans.

    b. S’abstenir de détériorer l’image de l’Islam dans leur discours de propagande égarée.

    c. Arrêter toutes actions criminelles, de revenir sur le droit chemin et d’annoncer leur repentir et leur désaveu de toutes actions criminelles commises comme l’on fait précédemment certains groupes.

    5) Le Congrès invite les organismes religieux à accomplir leur fonction honorable dans :

    a. La préparation des imams de mosquée comme il se doit, informant et éclairant la communauté sur les effets néfastes de l’exagération, de l’extrémisme, et du danger du terrorisme.

    b. Faire que son sermon du vendredi réponde aux exigences et aux besoins de notre temps et notamment en appelant à corriger les idées fausses et déviantes, tout en s’éloignant des méthodes de provocation facteur d’exagération et d’extrémisme.

    c. La concentration des efforts des prédicateurs dans l’information et l’éclaircissement des jeunes sur les déviations des idées, leurs dangers et leurs effets néfastes, par un travail de terrain.

    d. À cette fin, le Congrès incite les pays musulmans à la création d’instituts ou de centres de formation avancées et à la formation des imams et des prédicateurs.

    6) Le Congrès invite les organismes éducatifs des différentes nations musulmanes à s’assurer que leur méthode et programme d’éducation et de formation remplissent les objectifs suivants :

    a. Consolider l’enseignement de l’éducation Islamique.

    b. Consolider l’appartenance des jeunes à la nation dès le premier âge.

    c. Répandre la culture du juste milieu, de la modération, du dialogue, du comportement lors de divergence et de l’acceptation de l’autre.

    d. Corriger les concepts chez les étudiants sur les affaires de takfir, de Jihad, d’allégeance et de désaveu, et de montrer les droits des gouverneurs, des savants, et de répondre aux idées déviantes soulevées par les groupes égarés, à travers les programmes scolaires et les activités extrascolaires.

    e. Et pour activer ce qui précède, le Congrès recommande à chaque institution d’enseignement d’offrir un prix annuel pour les professeurs les plus remarquables dans la propagation de l’esprit du juste milieu, de la tolérance et à l’appui de l’appartenance nationale chez les élèves.

    7) Le Congrès réclame des médias arabe et musulman de :

    a. Respecter l’identité musulmane dans les programmes et les messages d’informations qu’elles émettent et propagent.

    b. Se concentrer sur les programmes éducatifs, les discussions et les messages d’informations productives, sur le juste milieu de l’Islam, sa modération et sa tolérance.

    c. S’éloigner des infléchissements en reprenant ce que certains médias internationaux véhiculent comme information erronée et déformée de l’image de l’Islam et des musulmans.

    d. Inviter les ministères de la Culture et de l’Information à reformer le discours médiatique et d’avoir une conduite honorable dans leur chaine satellite. De s’éloigner de dédaigner les valeurs et les symboles de l’Islam. De délaisser les programmes de discussion avec ceux qui prétendent injustement être des savants en religion, et les programmes qui influent sur les instincts charnels et avivent l’animosité dans la société conduisant à l’esprit extrémisme. Et s’éloigner de couvrir une information erronée ou une actualité à caractère provocateur.

    e. Le Congrès invite le Conseil Islamique du Fiqh de la Ligue Islamique Mondiale a créé un comité d’information islamique visant à améliorer l’image de l’Islam, ainsi que le suivi des messages défavorables, erronés et d’y répondre directement.

    8) Le Congrès réclame des médias internationaux de reconnaitre l’Islam dans son authenticité en tant que religion universelle conduite par des valeurs d’amour, de paix, de justice, de liberté, de tolérance et de compréhension de l’autre, et de délaisser la déformation préméditée de l’image de l’Islam.

    Les participants au Congrès insistent sur le rejet de toute offense faite à l’Islam, au Prophète de la miséricorde, au Saint Coran, à la pure tradition prophétique, et aux nobles compagnons.

    De plus, ils recommandent de décerner une récompense mondiale pour chaque agence de presse internationale jouant un rôle de premier plan dans la correction de l’image de l’Islam, des musulmans et le soutien du Prophète Muhammad que la paix et le salut soient sur lui.

    De même, ils exhortent les riches musulmans d’investir dans la création de chaînes satellites en plusieurs langues vivantes autres que l’arabe pour faire connaitre l’Islam et inviter à celui-ci. Comme, ils exhortent à la traduction des travaux scientifiques des érudits savants dans les principales langues universelles, les imprimer et les diffuser chez les non-musulmans.

    9) Le Congrès incite les dirigeants et les gouvernements des pays musulmans à :

    a. Appliquer la charia Islamique dans tous les domaines de la vie.

    b. Soutenir les organismes et les associations des droits de l’homme.

    c. Appuyer les projets de développement, réduire le chômage, résoudre les problèmes de logements insalubres et éliminer l’exclusion sociale des jeunes.

    d. Faire respecter le message de la mosquée et le rôle de la famille, ainsi que les institutions sociales, éducatives, médiatiques et familiales sur le juste milieu et la correction des idées fausses chez les jeunes.

    e. Protéger la classe moyenne de la décadence et de la marginalisation.

    f. Créer un Haut Comité pour coordonner les efforts des administrations concernées afin de remédier par la pensée et l’information aux terroristes.

    10) Le Congrès invite les organismes internationaux impliqués dans la lutte contre le terrorisme à :

    a. Faire preuve d’équité dans toutes les affaires internationales, et d’éviter d’avoir deux poids deux mesures dans le traitement des musulmans et leurs justes causes.

    b. Contrer le terrorisme d’État pratiqué par Israël contre les civils palestiniens non armés et isolés. Dans ce contexte actuel, le Congrès invite l’ensemble des chaînes satellitaires arabes et musulmanes à continuer de diffuser les crimes de l’occupation israélienne contre des civils palestiniens sans défense, en particulier l’Holocauste israélien sur la bande de Gaza.

    c. Prendre les mesures nécessaires contre les pays impliqués dans l’approvisionnement en armes des groupes terroristes, en argent, ou de rendre son territoire un refuge pour les extrémistes d’autres pays.

    11) Le Congrès invite toutes les forces éprises de paix dans le monde pour résoudre les conflits dans le monde Islamique, par une solution juste, réalisant les aspirations des nations musulmanes, sachant que ces conflits sont des facteurs clés exploités par des groupes extrémistes pour parvenir à leurs fins.

    12) Le Congrès demande à la reconstruction de la position mondiale de l’antiterrorisme sur de nouvelles bases, plus rationnelles, plus équitables et non raciales, d’adopter une politique de dialogue entre les religions et de rejeter l’idée de conflit entre les civilisations.

    13) Le Congrès affirme la nécessité de développer un concept du terme « terrorisme » international unifié et de prévenir de sa mauvaise exploitation, lequel est en conformité avec les intérêts de chaque pays.

    14) Le Congrès recommande de promouvoir les recherches, les études, les conférences, les séminaires, les ateliers et les débats dans les domaines des phénomènes d’extrémisme et de terrorisme et d’identifier ces sources, ces méthodes, leurs causes, leurs motifs et ces risques. Et d’élaborer des solutions efficaces pour les résoudre et arrêter leur propagation et crée des bases de données et d’information.

    De plus, il invite les participants à l’Organisation de Pays Islamiques, leurs prédicateurs et spécialistes des affaires religieuses d’observer avec attention et de réunir les préjugés soulevés par les extrémistes afin d’élaborer des réponses appropriées pour qu’elles tiennent place de réfutation. Comme il est bon d’en favoriser la diffusion par tous les moyens disponibles et d’en faciliter l’accès. De plus, il encourage les participants à diffuser et fournir les commentaires sur le repentir de certains groupes et leurs dirigeants et de propager ce qui les a amenés au dialogue. Il est bon de le présenter à tous ceux qui souhaitent en être informés.

    15) Le Congrès met l’accent sur les convictions suivantes :

    a. Prendre la définition du « terrorisme » émis par le Conseil des ministres de l’Intérieur et des ministres de la Justice arabes adoptée par le Conseil Islamique du Fiqh lié à la Ligue Islamique Mondiale. En effet, le terme terrorisme a été adopté par certains comme une couverture pour calomnier l'Islam et pour fausser l'image des musulmans, et pour que l’extérieur s’ingère dans les affaires intérieures des pays musulmans, et perturbe les actions humanitaires et les secours d’urgence des organisations islamiques pour des raisons non liées au terrorisme.

    b. Que le terrorisme n’est pas particulier à une religion, une race, une nationalité ou une nation, au contraire, c’est un fléau mondial pratiqué par des groupes appartenant à différentes religions, races et nations.

    c. Que la notion de Jihad dans l’Islam est un noble concept qui diffère dans sa légitimité et ses objectifs des pratiques abusives de certains groupes déviants de l’Islam.

    d. Le Congrès rejette tous les actes de terrorisme où qu’ils se produisent et quel que soit le groupe qui les prémédite, et déplore les pertes de vies innocentes, tout mouvement des populations, toute terreur d’innocents, toute destruction de biens, et toute perturbation du processus de développement. Il rejette également toute tendance aux représailles, aux vengeances par l’usage excessif de la force, condamne toute atteinte aux citoyens et aux installations civiles, sous prétexte de la lutte contre le terrorisme international, qui provoque une entrave aux efforts réalisés pour traiter les pensées déviantes.

    16) Les participants au Congrès remercient les efforts déployés par le Serviteur des deux Saintes Mosquées, le Roi Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud, d’avoir adopté le dialogue national et le dialogue entre les civilisations, qui ont un impact profond sur l’acceptation d’autrui et l’élimination des sources de pensée terroriste et extrémiste.

    En conséquence, il invite tous les scientifiques et les intellectuels du monde entier de se tenir face à l’appel du choc des civilisations, à la confrontation des religions, à la lutte contre le racisme et la sédition à l’encontre de l’Islam, des musulmans et des autres religions.

    17) Les participants au Congrès ont exprimé leur soutien à la proposition de l’Arabie Saoudite de créer un centre international de lutte contre le terrorisme contenu dans les conclusions retenues du congrès international sur la lutte contre le terrorisme, qui a eu lieu dans la ville de Riyadh.

    18) Les participants au Congrès rendent hommage à l’Arabie Saoudite pour ses efforts sécuritaires et pour réformer les pensées extrémistes dans la lutte contre le terrorisme, et le traitement de la pensée déviante, créant des comités de conseils, en réinsérant et en orientant les adeptes de cette pensée.

    19) Les participants ont félicité les efforts déployés par les savants de l’Arabie Saoudite dans leur opposition et leur correction des idées égarées, mais aussi, pour avoir exposé au grand jour les ambigüités des leaders de la pensée égarée. En conséquence, le Congrès invite les États concernés dans la lutte contre le terrorisme à profiter de l’expérience saoudienne dans ce domaine.

    20) Les participants au Congrès recommandent de rédiger une lettre de remerciement et de gratitude au serviteur des deux Saintes Mosquées, le Roi Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud – Qu’Allah le protège - pour avoir accueilli et autorisé l’organisation d’un tel Congrès, en Arabie Saoudite, à l’université Islamique de Médine.

    Et de l’adresser à :

    • Son Altesse Royale : le Prince Sultan ben Abdelaziz Al Saoud – qu’Allah le protège - Vice-Premier ministre et ministre de la Défense et de l’Aviation et Inspecteur général pour toute son attention consacré le Congrès.

    • Son Altesse Royale : le Prince Nayef ben Abdelaziz Al Saoud - qu’Allah le protège - Second Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur pour son parrainage du Congrès, en considérant son discours d’ouverture du Congrès faisant partie intégrante des conclusions écrites du Congrès.

    • Son Altesse Royale : le Prince Abdelaziz ben Majed ben Abdelaziz, Gouverneur de la région médinoise, pour son suivi des travaux du Congrès.
    • Son Excellence le professeur : Dr. Khalid ben Mohammed Al-Angari, ministre de l’Enseignement supérieur.

    21) Les participants ont recommandé de rédiger les recommandations pour le ministère de l’Enseignement supérieur et les autres autorités concernées pour donner effet aux dispositions contenues dans ces recommandations.

    En conclusion, les participants au Congrès expriment à l’Université Islamique, et plus précisément à son directeur : Dr. Mohammed ben Ali Al Uqla, ses remerciements et son appréciation pour les efforts considérables employés dans l’organisation du Congrès, et remercient les commissions de travail pour la bonne préparation, la qualité de l’organisation et l’attention qu’elles ont apportée aux participants et au public.

    Publié au Royaume d’Arabie Saoudite, à l’Université Islamique de Médine, le 31 mars 2010 (15/04/1431).

    Qu’Allah bénisse et salue notre prophète Mohammed, sa famille et l’ensemble de ses compagnons et Louange à Allah, Seigneur de l’univers

    Traduction de l’université Islamique (de Médine) :

    — Abdourahman abou abdelwahab (étudiant en magistère, département « croyance »)
    — Mohamed Gad (licencié de la faculté du hadith)

    Revu et publié par votre site

    www.islamhouse.com

    L’islam à la portée de tous !

    Votre avis nous intéresse