Description résumée

Pour en savoir plus sur les mérites de ces merveilleux jours que beaucoup de personnes négligent...

Détails

Au nom d’Allah, l’Infiniment Mis ricordieux, le Tr s mis ricordieux

Les m rites des dix premiers jours de Dh el Hidja

Par She kh ibn el ’Utha m n

Louange Allah, Seigneur de l’univers, que le Salut et les Pri res d’Allah soient sur le ma tre des Messagers…

Par Ses Faveurs et Sa Gr ce, le Seigneur a offert ses pieux serviteurs certaines occasions certaines p riodes de l’ann e durant lesquelles ils ont l’opportunit de s’ panouir. Parmi ces rendez-vous, il y a les dix premiers jours de Dh El Hidja.

● Le Livre d’Allah et la tradition proph tique recensent un certain nombre de textes au sujet de leurs m rites dont notamment :

1- le Seigneur a r v l : (Par l’aurore, et les dix nuits ). En commentaire ce verset, l’ex g te Ibn Kathir a soulign : Elles correspondent aux dix premiers jours de Dh el Hidja conform ment l’opinion d’ibn ’Abb s, d’ibn e-Zuba r, de Muj hid et d’autres comme le rapporte el Bukh r .

2- Selon ibn ’Abb s, le Messager d’Allah (r) a d clar : Il n’y a pas de jours o les œuvres sont meilleures que les fameux dix premiers jours de Dh el Hidja.

- Pas m me la guerre sur le chemin d’Allah ? Lui demand rent les compagnons.

- Pas m me la guerre sur le chemin d’Allah confirma-t-il, si ce n’est celui qui aurait investi son corps et ses biens et qui aurait tout sacrifi sans ne jamais revenir !

3- le Seigneur (I) a r v l : ( voquez Allah durant certains jours d termin s ). Ibn ’Abb s (t) a pr cis ce sujet : Ce sont les dix premiers jours de Dh el Hidja. [1]

4- selon ibn ’Omar (t), le Messager d’Allah (r) a d clar : Il n’y a pas de jours o les œuvres sont meilleures que les fameux dix premiers jours de Dh el Hidja. Multipliez-y la proclamation de l’Unicit d’Allah, de Sa Grandeur et de Ses Louanges. [2]

5- Sa’ d ibn Juba r qui n’est autre que le rapporteur du Hadith d’Ibn ’Abb s cit pr c demment, faisait des efforts de pi t consid rables pendant ces fameux jours, de sorte qu’il est pratiquement impossible d’en faire autant.[3]

6- Ibn Hajar a expliqu dans son livre Fath el B r : Il semblerait que la raison pour laquelle les dix premiers jours de Dh el Hidja sont particuliers, provient du fait que les principaux rites y sont rassembl s ; autrement dit, la pri re, le je ne, l’aum ne, et le p lerinage, etc.

Les actions recommand es durant cette p riode

1- La pri re : il est recommand de se pr senter t t aux cinq pri res prescrites, et de redoubler de pri res sur rogatoires tant donn qu’elles sont consid r es parmi les meilleurs actes de d votions. Thawb n (t) nous rapporte : J’ai entendu dire le Messager d’Allah (r): Multiplie les prosternations devant Allah, il n’y a pas une prosternation que tu puisses faire sans que le Seigneur ne t’ l ve par elle d’un degr , et ne t’enl ve par elle, un p ch . [4] En l’occurrence, ce m rite est valable toutes les poques de l’ann e.

2- Le je ne : tant donn qu’il fait partie des bonnes œuvres. Ainsi, selon Huna da ibn Kh lid, d’apr s sa femme, selon certaines pouses du Proph te (r) : Le Messager d’Allah je nait les neuf premiers jours de Dh el Hidja, le jour de ’ sh ra, et trois jours tous les mois. [5] L’ rudit e-Nawaw pr cise ce sujet qu’il est fortement recommand de je ner au cours de ces dix jours.

3- Proclamer l’unicit d’Allah, Sa Grandeur et Ses Louanges : Conform ment au Hadith rapport par ibn ’Omar (t) : Multipliez-y la proclamation de l’Unicit d’Allah, de Sa Grandeur et de Ses Louanges. L’ rudit el Bukh r a confirm : Ibn ’Omar et Ab Hura ra se rendaient au march pendant les dix premiers jours de Dh el Hidja ; et ils y clamaient la grandeur du Seigneur (en disant Allah Akbar), cela incitait les gens en faire autant. Dans ce registre, il a dit : Sous sa tente Mina, ’Omar (t) clamait la grandeur d’Allah. Les gens pr sents dans la mosqu e l’ coutaient et se mettaient l’imiter. D s lors, cet lan a gagn tous les march s de sorte que tout Mina vibrait.

Ainsi, ces jours-l Ibn ’Omar (t) pronon ait Mina cette formule (Allah Akbar), apr s les pri res, dans son lit, sous sa tente, lors de ses rencontres, dans ses all es et venues sans s’arr ter une seule journ e. Il est aussi recommand de le faire voix haute conform ment la pratique d’Omar, d’Ibn ’Omar et d’Ab Hura ra (y). Il nous est donc d sign , en tant que musulman de faire revivre cette tradition n glig e notre poque. Malheureusement, elle est pratiquement devenue inexistante, m me par les gens les plus religieux contrairement la pratique de nos Pieux Pr d cesseurs.

Les diff rentes formules dire :

a- Allah Akbar ! Allah Akbar ! Allah Akbar Kab ra[6] !

b- Allah Akbar ! Allah Akbar ! Il n’y a d’autre divinit en dehors d’Allah, Allah Akbar ! Allah Akbar ! Allah reviennent les louanges.

c- Allah Akbar ! Allah Akbar ! Allah Akbar ! Il n’y a d’autre divinit en dehors d’Allah, Allah Akbar ! Allah Akbar ! Allah Akbar ! Allah reviennent les louanges.

4- je ner le jour de ’Arafa :

Le je ne se confirme le jour de ’Arafa comme il est certifi travers le hadith proph tique : J’aspire ce qu’Allah absolve mes p ch s de l’ann e pr c dente et de l’ann e suivante. [7] Toutefois, celui qui se trouve ’Arafa –pour le p lerin en l’occurrence –, il ne lui est pas recommand de je ner tant donn que le Proph te (r) n’a pas je n ’Arafa.

5- les faveurs du jour de l’immolation :

Bon nombre de musulmans ne consid rent pas ce jour illustre sa juste valeur, ils ne tiennent pas compte de son importance et de sa faveur immense. Pourtant, certains savants consid rent qu’il est le meilleur jour de l’ann e dans l’absolu. Ils le pr f rent m me au jour de ’Arafa. cet effet, ibn el Qa yam a soulign : Le meilleur jour aupr s d’Allah, c’est le jour de l’Immolation (Nahr), il est le grand jour du P lerinage. Par ailleurs, d’apr s la compilation d’Ab Daw d (e-Sunan), selon le Proph te (r) : Le jour le plus illustre aupr s d’Allah, c’est le jour de l’Immolation, ensuite vient le jour du s jour. Ce fameux jour du s jour correspond au lendemain de l’A d, le 11 me jour de Dh el Hidja, le jour o les p lerins s’ tablissent Mina. Il est dit aussi que le jour de ’Arafa est plus illustre, car je ner cette occasion permet d’absoudre deux ann es de p ch s cons cutives. Il n’y a pas un jour galement o le Seigneur affranchit autant de Ses serviteurs de l’Enfer que le jour de ’Arafa. Ce fameux jour, Allah (U) se rapproche de Ses cr atures. Puis, Il fait l’ loge Ses anges des p lerins pr sents ’Arafa. Cependant, la premi re tendance est la plus vraisemblable, il est vrai que le Hadith sur le sujet est incontournable. Or, que ce jour soit meilleur ou non, l’essentiel c’est de lui accorder l’importance ad quate, en veillant ne pas manquer cette opportunit , et se voir combler de ses faveurs. Cela concerne aussi bien le p lerin que toute autre personne.

Comment accueillir la p riode du p lerinage ?

1- Il incombe chaque musulman d’accueillir les occasions cultuelles en g n ral avec un repentir sinc re et v ritable. Il consiste entre autres abandonner les p ch s et ne plus renouveler les fautes pass es. Les p ch s font malheureusement cran entre l’individu et les faveurs du Seigneur et emp chent le cœur d’acc der Son Ma tre.

2- Il faut accueillir galement de fa on g n rale les occasions cultuelles avec la volont ferme et sinc re de les passer selon le contentement divin. Allah est v ridique envers quiconque l’est envers Lui : (Ceux qui luttent pour notre cause, Nous les guiderons sur nos chemins ).[8]

Cher fr re, veille profiter de cette occasion propice avant qu’elle ne s’en aille, et que tu en p tisses, car perdre une seule heure suscite le remords. Qu’Allah nous conc de tous de profiter de ces instants pr cieux, comme j’implore le Seigneur de nous assister dans Son ob issance et Sa parfaite ob dience (soumission) !

Quelques pr ceptes relatifs au sacrifice et leur l gitimit

la base, le sacrifice est l gitim pour les personnes vivantes tant donn que le Proph te (r) et ses compagnons faisaient des sacrifices pour leur propre personne ou en l’honneur de leur famille. Quant aux convictions r pandues chez certaines gens all guant que le sacrifice est un droit exclusif aux morts, celles-ci n’ont aucune origine. Il faut savoir qu’il existe trois sortes de sacrifice en l’honneur des morts :

Premi rement : le sacrifice peut englober les morts et les vivants l’exemple de l’individu qui le d die sa propre personne ainsi qu’ sa famille en sous-entendant les vivants parmi eux, mais aussi les morts. Cet usage s’inspire de la pratique du Proph te lorsque celui-ci (r) a sacrifi une offrande pour lui-m me et pour ses proches. Tout en sachant que certains d’entre eux taient d j d c d s.

Deuxi mement : faire un sacrifice pour une personne d c d e conform ment ses recommandations avant sa mort, le verset suivant tant l’origine de cette pratique : (Quiconque le (testament) modifie apr s l’avoir entendu, le p ch se verra port l’encontre de ceux qui l’auront modifi . Certes Allah est Savant et Entendant ).[9]

Troisi mement : le sacrifice peut tre d di par donation aux morts ind pendamment des vivants. Cette pratique est permise, les savants sp cialistes en Fiqh (science de la jurisprudence) de l’ cole Hanbalite ont stipul que sa r compense parvient effectivement aux morts, et que son auteur en est b n ficiaire pareillement l’aum ne d di e en leur honneur. Toutefois, je ne consid re pas que cette pratique se rattache la tradition (sunna). En effet, le Proph te (r) n’a jamais consacr de sacrifice sp cialement en l’honneur d’une personne d c d e. Il ne l’a pas fait pour son oncle Hamza, bien qu’il ne soit l’un des proches les plus chers ses yeux, ni d’ailleurs pour aucun de ses enfants morts avant lui ; en l’occurrence ses trois filles d c d es toutes les trois apr s leur mariage et trois gar ons morts en bas ge. Il ne l’a pas fait non plus pour sa d funte pouse Khad ja, bien qu’elle soit la plus aim e de ses femmes. D’autres parts, aucune tradition venant v rifier cet usage son poque de la part des compagnons, n’a t recens e.

● Nous consid rons galement que certains se trompent lorsque ces derniers consacrent un sacrifice au bout de la premi re ann e du deuil. Ils le pr nomment ce genre de pratique sacrifice d’outre-tombe . Ils sont convaincus qu’il est interdit de faire profiter de la r compense de leur action quiconque en dehors du d funt. Il est possible aussi qu’ils consacrent des offrandes Allah par donation envers les morts ou conform ment leurs recommandations avant leur mort, mais ils ne le font jamais pour leur propre personne ou pour leurs proches. Or, s’ils avaient su que tout sacrifice vou Allah que la personne d die lui-m me et aux membres de sa famille, comprenait la fois les vivants et les morts, ils se seraient pr cipit s le faire au d pend de leurs coutumes.

Les choses ne pas faire pour la personne voulant immoler le jour de l’A d

Si quelqu’un veut sacrifier un animal pour l’A d, et que l’entr e du mois de Dh el Hidja est effective (par la vision de la lune ou si le mois pr c dent Dh el Qi’da compte trente jours), il lui sera interdit de se couper les ongles et les cheveux, ou d’ ter n’importe quoi de son corps. Selon Um Salama, le Proph te a d clar (r) : la venue des dix jours de Dh el Hidja, si quelqu’un d’entre vous veut consacrer une offrande [pour l’A d], il ne devra toucher aucun poil de ses cheveux ni de sa peau jusqu’au moment de l’immolation. partir du moment o l’intention lui est venue au cours de cette p riode, il doit s’abstenir de le faire pour le restant des dix jours. Il ne lui sera cependant compt aucune faute pour la p riode pass e.

La raison est que l’auteur d’un sacrifice est comparable au p lerin sous certains aspects du Hadj, autrement dit, par sa d votion envers Allah en lui consacrant une offrande. Il lui convient donc de s’associer lui dans certaines particularit s de la sacralisation (l’Ihr m). En l’occurrence, s’abstenir de se couper les cheveux ou autre. Ainsi, il est interdit celui qui pr voit un sacrifice pour l’A d de s’enlever quoi que ce soit de ses cheveux, de ses ongles ou des poils de sa peau.

● Ce statut est sp cifique celui qui pr voit de sacrifier. Tandis que les personnes pour qui celui-ci est d di , elles ne sont pas concern es par cette restriction. En effet, Le Proph te (r) a seulement sp cifi : Si quelqu’un d’entre vous veut consacrer une offrande… , sans pr ciser les personnes en l’honneur desquelles ce sacrifice est effectu . Rien ne pr te dire au regard des textes, qu’il leur est demand de se restreindre cette prescription.

● Si celui qui pr voit de sacrifier venait se couper les cheveux ou autre, il devra le cas ch ant se repentir Allah (U) et ne plus r cidiver. N anmoins, aucune expiation n’est pr vue cet effet. Cela ne peut pas l’emp cher d’immoler normalement contrairement aux convictions de certaines gens.

● Dans le cas o il commettrait cela par m garde, par ignorance ou encore si certains cheveux venaient tomber involontairement, aucun p ch ne lui sera imparti. S’il tait aussi contraint de se les couper pour une raison ou pour une autre, il n’y a pas d’inconv nient le faire. Exemple : il peut se couper un ongle cass qui l’importune, se raccourcir les cheveux qui tombent sur les yeux, ou se les raser pour soigner une plaie, etc.

R gles et coutumes le jour de l’A d el Adhha

Mon fr re bien-aim : je te salue par le salut des musulmans en te disant : As-Sal m ’ala koum wa Rahmatou Allah wa barak touhou (que la paix soit sur vous, ainsi que la Gr ce d’Allah et Ses B n dictions). Avant tout, je voudrais te souhaiter toutes mes f licitations l’occasion de la f te b nie de l’A d. Je te dis donc : qu’Allah accepte nos œuvres et les v tres ! J’esp re aussi qu’il va agr er ces quelques lignes en implorant qu’il fasse qu’elles soient tant utiles toi qu’ tout musulman travers le monde.

Cher fr re : le bonheur se confine dans la conformit aux enseignements du Proph te (r) tous les niveaux de notre vie. Le malheur s’av re l’inverse dans la non-conformit ses enseignements. C’est pourquoi j’aimerais mettre l’accent sur certaines prescriptions qu’il est bon de mettre en pratique (par la parole ou les actes), la veille de l’A d el Kabir, le jour de l’immolation et les trois jours de Tashr q cons cutifs ce jour b ni. Je les ai r sum s pour toi en plusieurs points :

• Il est prescrit de proclamer la grandeur d’Allah partir de l’aurore du jour de ’Arafa jusqu’au ’Asr (apr s midi) du dernier jour de Tashr q. Le Seigneur r v le (I) : ( voquez Allah durant certains jours d termin s ). Sa formule correspond dire : Allah Akbar ! Allah Akbar ! Il n’y a d’autre divinit en dehors d’Allah, Allah Akbar ! Allah Akbar ! Allah reviennent les louanges. L’usage veut que les hommes la prononcent voix haute dans les mosqu es, les march s, les maisons, et apr s les pri res pour exprimer la Majest d’Allah, manifester son adoration (I) et pour le remercier de Ses bienfaits.

Immoler une offrande : Il faut le faire apr s la pri re de l’A d conform ment la parole du Proph te (r) : Quiconque immole avant la pri re, doit refaire son sacrifice, et quiconque ne l’a pas fait, pourra le faire (apr s la pri re). [10]

Sa p riode est de quatre jours : le jour effectif de l’immolation, mais aussi les trois jours de Tashr q. Il est certifi que le Proph te (r) a prescrit : Toute la p riode de Tashr q sont des jours d’immolation. [11]

Se doucher et se parfumer pour les hommes en veillant porter ses plus beaux v tements : Sans prodigalit ni laisser tra ner le v tement au-dessous des chevilles et ni se raser [ou se tailler] la barbe, ce qui est strictement d fendu. Quant aux femmes, il leur est prescrit d’assister la pri re de l’A d sans laisser para tre leurs attraits ni se parfumer. Il ne serait pas logique de s’y pr senter par d vouement envers Allah en vue d’effectuer la pri re et Lui d sob ir en m me temps en portant une tenue ind cente (en se d voilant et en se parfumant devant des trangers).

Manger de son offrande : le Messager d’Allah (r) ne mangeait rien avant d’ tre revenu de la pri re de l’A d. Une fois chez lui, il mangeait de son offrande.[12]

Se pr senter pied la pri re de l’A d dans la mesure du possible.

• La tradition (sunna) veut que la pri re de l’A d se fasse ciel ouvert et en dehors des mosqu es, si l’on prend le Proph te (r) en mod le, sauf bien s r en cas d’intemp rie (en temps de pluie par exemple).

Participer la pri re avec les fid les, il est recommand aussi d’assister ult rieurement au sermon prononc . Les grands sp cialistes parmi les savants ont adopt l’opinion disant que la pri re de l’A d est obligatoire comme le formule le verset : (Prie Ton Seigneur et immole ). On n’a donc pas le droit de s’en dispenser sans excuse valable. Les femmes aussi peuvent participer cette occasion, m me celles qui ont les menstrues ou encore les jeunes filles. Toutefois, la femme indispos e par les menstrues devra s’isoler du lieu de pri re.

Changer de parcours au retour : Il t’est recommand d’emprunter un chemin diff rent au retour de la pri re de celui de l’all e comme le Proph te (r) a fait.

Les f licitations de l’A d : suivant l’usage des compagnons.

Fais attention cher croyant ne pas commettre un certain nombre de fautes que beaucoup font, dont notamment :

• Evoquer en groupe la formule prescrite : en la r p tant tous ensemble d’une seule voix, ou encore au suivant le rythme de quelqu’un.

Se distraire le jour de l’A d par des divertissements r prouv s : couter de la musique, regarder des films, ou organiser des r ceptions mixtes en laissant les hommes se m langer aux femmes trang res, etc.

Se couper les cheveux et les ongles : Avant d’immoler son offrande pour la personne qui a d cid de le faire, en se conformant ainsi l’interdiction du Proph te (r) ce sujet.

Le gaspillage et les d penses inutiles : vou es des futilit s ne procurant aucun int r t, comme le Seigneur (I) le d clare : (Ne gaspillez pas inutilement, car Allah n’aime pas les gaspilleurs ).[13]

En conclusion : n’oublie pas, cher croyant de veiller faire de bonnes actions et des œuvres pieuses : Entretenir les liens de sang, visiter ta famille, viter les querelles, la jalousie et la haine, purifier ton cœur de tout mauvais sentiment, avoir piti des pauvres, des gens mis reux, et des orphelins en leur tendant la main et en faisant rentrer la gaiet dans leurs cœurs. Enfin, j’implore le Seigneur afin qu’Il nous facilite les actions aim es et agr es de Lui, qu’Il nous prodigue la connaissance en mati re de religion, et nous compte parmi ceux qui ont œuvr opportun ment en cette occasion immense, les dix premiers jours de Dh el Hidja en d vouant nos bonnes actions pour Son Noble Visage !

Que les Pri res d’Allah et Son Salut soient sur notre Proph te Mohammed, ainsi que sur ses proches, et tous ses Compagnons !

Traduit et adapt pour islamhouse par :

Karim ZENTICI

Relu par Abu Hamza Al-Germ ny

Le bureau de pr che de Rabwah (Ryadh)

www.islamhouse.com

L’islam la port e de tous !



[1] Voir Ibn Kath r.

[2] Rapport par Ahmed.

[3] Rapport par e-D rim .

[4] Rapport par Muslim.

[5] Rapport par Ahmed, Ab Daw d et Nas .

[6] Allah est Grand norm ment

[7] Rapport par Muslim.

[8] L’araign e ; 69

[9] La vache ; 181

[10] Rapport par el Bukh r et Muslim.

[11] Voir Silsilat e-Sah ha de l’Alb n .

[12] Z d el Ma’ad- Ibn el Qa yam.

[13] Le b tail ; 141

Votre avis nous intéresse