Description résumée

J’ai fait le pèlerinage pour mon propre compte. Quand quelques mois se sont écoulés après le pèlerinage, je n’ai pas décelé les signes de l’agrément du pèlerinage comme l’empressement à accomplir les actes d’obéissance. Bien au contraire, j’ai commis beaucoup de péchés. L’année passée, j’ai décidé de faire le pèlerinage à la place de ma mère décédée après avoir sollicité et obtenu l’avis d’un cheikh dans le sens de mon intention. Le cheikh m’a recommandé de multiplier les demandes de pardon dans l’humilité. C’est ainsi que j’ai fait le pèlerinage dans le cadre d’un voyage organisé. Au cours du tawaf d’adieu la bousculade était très dure. Après avoir effectué un tour et demi, nous sommes montés à la terrasse à cause de l’intensité de la bousculade.. Mais nous ne savions pas avec exactitude l’endroit où nous avions interrompu le deuxième tour… Nous nous sommes efforcés de le fixer approximativement et de recommencer le tour inachevé à partir de la terrasse et nous avons continué et terminé notre tawaf.
Après ce dernier pèlerinage, j’ai constaté que chaque fois que je veux commettre un péché – j’en ai commis beaucoup – je ressens une certaine gêne, un pincement de cœur. En revanche, chaque fois que j’entreprends un acte d’obéissance, j’éprouve du plaisir et trouve un sentiment réel et une compassion pour l’Islam et ses adeptes de notre époque… Je reste inquiet à propos des deux pèlerinages et surtout du tawaf. Eclairez-moi. Puisse Allah vous récompenser.

Votre avis nous intéresse