Faire de la prononciation de la formule: «au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux» une condition de la licité de la consommation de la viande de l’animal égorgé

Description résumée

Comment juger la non prononciation de la formule: «Au nom d’Allah etc, » surtout quand celui qui égorge n’observe pas la prière?

Votre avis nous intéresse